Avec Xi Jinping, la ″poutinisation″ du pouvoir en Chine | International | DW

Xi Jinping a remporté un troisième mandat à la présidence de la République populaire. Le 20e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui a entériné le maintien du leadership du pays, a été l’occasion pour Xi Jinping de placer son allié au Comité permanent. qui est le plus haut niveau de puissance

Entretien avec Emmanuel Lincot, professeur à l’Institut catholique de Paris, sinologue et co-chercheur à l’IRIS.

C’est un avertissement clair aux Américains et aux Occidentaux sur la question de Taiwan. mais aussi la poursuite en mer de Chine méridionale. Ce sont deux points qui collent vraiment ensemble.

Lire Aussi :  RDC : la mise en oeuvre du droit international humanitaire au centre d'une journée d'information organisée par le CICR

Sans oublier le troisième front anti-Chine-Inde dans la région himalayenne, qui connaît un différend frontalier très ancien et important opposant les deux pays. En effet, il n’est pas surprenant que Xi Jinping se souvienne des priorités de sa politique étrangère. Par conséquent, adhérer à la souveraineté chinoise et à la souveraineté chinoise. Dans ces zones contestées, la majeure partie de la mer de Chine méridionale, de Taïwan et de l’Himalaya

DW : Selon vous, à quoi a conduit la nomination de Xi Jinping à son troisième poste ?

Il provoque dans la nature de La « poutinisation » du régime chinois, c’est-à-dire la perte de toute possibilité d’évolution démocratique du régime. Elle provoque également toute forme de destruction. de résistance au pouvoir au sein même du Politbüro.

Lire Aussi :  Le pire cauchemar des surfeurs immortalisé par cette photo terrifiante

DW : Alors, comment décrivez-vous cette scène, et où Hu Jintao a-t-il été emmené pendant cette cérémonie ?

Il reste quelque peu obscur à mon avis à ce jour. Peut-être avons-nous une explication rationnelle. mais contradictoire Je ne vois pas qu’il s’agisse d’une représentation théâtrale organisée par Xi Jinping lui-même, bien sûr je peux me tromper. Mais je l’ai vu plus que ça. C’était un signe de protestation de Hu Jintao, qui n’a pas pu voter contre Xi Jinping.

Lire Aussi :  Biodiversité. Requins, crocodiles, tortues... Cinq décisions-clés du sommet pour les espèces menacées

D’autre part, en signe de protestation Il l’a fait en votant avec ses pieds. C’est-à-dire quitter délibérément le Congrès. Donc, dans tous les cas, qu’il soit organisé par Xi Jinping ou par Hu Jintao lui-même, c’est une contradiction dans le consensus chinois, c’est-à-dire que c’est un événement qui en soi peut être le signe avant-coureur de manifestations plus intenses dans un mois environ. les années suivantes



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button