CARTES. Médecin généraliste, ophtalmo, gynéco, pédiatre : l’inquiétante carte de France des déserts médicaux

les essentiels
L’UFC Que Choisir dévoile la carte française de répartition de la santé pour quatre spécialités médicales : médecine générale, ophtalmologie, gynécologie et pédiatrie. Plus de 15 millions de Français ont du mal à accéder à un médecin généraliste.

Des déserts médicaux uniquement en milieu rural ? C’est un cliché à oublier. La crise sanitaire touche également les zones urbaines depuis de nombreuses années et la situation s’aggrave au fil des années. Cela ressort de la carte française de la distribution de la santé de l’UFC Que Choisir. L’association de consommateurs publiera ce mardi 8 novembre. Après les deux premières éditions de la carte 2022 en 2016 et 2012. Le dépistage comprend quatre spécialités médicales : médecine générale, ophtalmologie, gynécologie et pédiatrie.

Lire Aussi :  Pour quels motifs la France refuse-t-elle toujours la réintégration des personnels de santé non vaccinés ? – Libération

Médecins généralistes

En prenant en compte les médecins généralistes exerçant à moins de 30 minutes en voiture du domicile du patient, 2,6 % des Français, soit 1,7 million de personnes, vivent dans un désert médical. Si l’on considère les zones difficiles d’accès (zones dont l’accessibilité est inférieure de 30 à 60 % à la moyenne nationale), en réalité près d’un quart de la population (23,5 % de la population de 15,3 millions d’habitants en France métropolitaine) a du mal à consulter un médecin généraliste.

Lire Aussi :  « Ça ne se passe jamais bien »… Pour les policiers et gendarmes, la délicate mission d'annoncer un décès aux proches

Cliquez sur la carte de France pour l’agrandir.

Carte de l'écart de santé entre médecins généralistes.

Carte de l’écart de santé entre médecins généralistes.
Info. UFC Que choisir

Ophtalmologistes

Aujourd’hui, 19% des Français vivent dans un désert médical. 12,3 millions de personnes ont du mal à faire contrôler leur vue. En incluant les zones difficiles d’accès, 24,9 millions de Français ont accès à un ophtalmologiste bien en dessous de la moyenne, soit 38,3 % de la population.

Cliquez sur la carte de France pour l’agrandir.

Carte de l'écart de santé entre les ophtalmologistes.

Carte de l’écart de santé entre les ophtalmologistes.
Info. UFC Que choisir

Pédiatres

C’est une spécialité médicale qui est à son pire. 27,5% des enfants de 0 à 10 ans vivent désormais dans un désert médical en France ! Si l’on prend le deuxième critère des zones difficiles d’accès, le chiffre monte à 52,4 % des enfants et de leurs parents !

Cliquez sur la carte de France pour l’agrandir.

Carte de l'écart de santé chez les pédiatres.

Carte de l’écart de santé chez les pédiatres.
Info. UFC Que choisir

gynécologues

La situation des gynécologues, et donc aussi de leurs patientes, n’est guère plus encourageante. 23,6% des patients de plus de 15 ans vivront en désert médical en 2022. 41,6% d’entre eux vivent même dans une commune avec des difficultés d’accès.

Cliquez sur la carte de France pour l’agrandir.

Carte de la répartition sanitaire des gynécologues.

Carte de la répartition sanitaire des gynécologues.
Info. UFC Que choisir

Votre municipalité se trouve-t-elle dans un désert médical? Cliquez ici pour accéder à la carte interactive UFC Que Choisir.

Situation choquante de dépassement de paiement

L’étude tient également compte des dépassements, car il s’agit d’un critère important pour bon nombre d’utilisateurs. 29 % des Français se demandent s’il faut renoncer au traitement en cas de dépassement des paiements. Sur ce seul critère, 46,8 % des enfants vivent dans un désert pédiatrique, 66,8 % des femmes dans un désert médical gynécologique et 62,8 % de la population dans un désert médical ophtalmologique.

Ce que l’UFC exige Que choisir

En plus de sa carte de partage social, l’UFC Que Choisir propose trois propositions aux autorités pour améliorer la situation :

  • Faisons un accord régional pour les médecins afin qu’ils ne puissent plus s’installer dans les zones excédentaires, sauf pour le secteur 1 (paiement de la sécurité sociale) si la situation l’exige
  • Accès proche au secteur 2 (paiements libres). Les nouveaux médecins ne pouvaient choisir qu’entre le secteur 1 (tarif de la sécurité sociale) et l’option pratique tarifaire maîtrisée (OPTAM), qui réglemente les dépassements de prime.
  • Supprimer l’aide publique aux médecins qui ne respectent pas le tarif de la Sécurité sociale, hors OPTAM
L’étude d’UFC Que Choisir s’appuie sur l’étude Localized Potential Accessibility (APL) qui mesure le nombre de médecins disponibles par patient potentiel et par commune environnante. Les données ont été calculées par SKEMA Business School. L’étude ne considère que les médecins exerçant en cabinet privé en raison du manque de données disponibles.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button