ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès

Parti socialiste : ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès (photo d'Olivier Faure prise le 18/09/2022)
JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP Parti socialiste : ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès (photo d’Olivier Faure prise le 18/09/2022)

JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Parti socialiste : ce que disent (et ne disent pas) les premiers résultats du congrès (photo d’Olivier Faure prise le 18/09/2022)

POLITIQUE – Fumée blanche après le jeudi noir. Le Parti socialiste a finalement annoncé les résultats officiels du premier tour de son congrès, vendredi 13 janvier, en début de soirée après un report de 24 heures sous la forme d’une bataille de lecture. Le premier secrétaire sortant Olivier Faure, qui avait une ligne pro-Nupes, a raté de peu la majorité absolue, mais a terminé largement devant avec 49,15 % des voix.

Le texte d’orientation de son principal rival Nicolas Mayer-Rossignol lui a valu 30,51% des suffrages, devant Hélène Geoffroy (20%). Le maire de Vaulx-en-Velin dans le Rhône se retirera donc de la course, tandis que les deux hommes encore en lice s’affronteront jeudi prochain, 19 janvier, dans leur candidature à la tête du PS avant le congrès. fin janvier à Marseille.

Les premiers résultats prédisent une semaine agitée pour les Roses avant le duel final, qui sera sans doute plus serré que prévu. Surtout, le tableau présenté vendredi soir, après des heures de confusion, propose une dramatisation de la stratégie à suivre d’un parti profondément divisé. Au point que l’excitation prend le pas sur les têtes d’affiche.

Lire Aussi :  5000 billets vendus en un week-end pour FCOSK06-Angers à la Meinau

Deux histoires différentes

En revanche, Nicolas Mayer-Rossignol et ses supporters n’hésitent pas à présenter le score réalisé par Olivier Faure comme un échec profond. Et à leur heureuse surprise. ” Comme nous l’avons dit hier soir fausses nouvellespour la première fois, la direction sortante du Parti socialiste perd sa majorité “Par exemple, il a cinglé le maire de Rouen sur les réseaux sociaux et a décrit ainsi le chemin de son rival” impasse “.

Selon lui, “L’espoir est permis” gagner jeudi prochain, sa ligne est “le seul garant de l’unité” devant “Risque de désintégration” le premier secrétaire du parti est reconduit. Rien de moins.

Pour créer la surprise, l’élu de Norman s’appuie sur les votes des électeurs d’Hélène Geoffroy, qui ont effectivement appelé, une fois les résultats confirmés, à soutenir l’édile. Car pour lui, Nicolas Mayer-Rossignol « pourra rallier le Parti socialiste, le remettre au travail, lui donner un cadre idéologique renouvelé et relancer la démocratie interne ».

En face Olivier Faure, dont la nette avance s’annonce décevante à l’issue de ce premier tour, joue avec confiance. “Les acteurs m’ont largement mis en tête, près de 50%, et ont fait le choix de la clarté”, dit-il dans une interview Parisien publié vendredi soir. Une sortie à contre-courant de son challenger où il la sécurise “sur cette base la majorité absolue au Conseil national”. Selon lui, les militants ont également “a renforcé notre volonté d’unir la gauche et les écologistes” avec leurs voix.

Lire Aussi :  Agnès Pannier-Runacher soutient qu’elle n’était pas obligée de déclarer les intérêts de ses enfants, liés à des paradis fiscaux selon une enquête de « Disclose »

Réunion ” carpes et lapins »

Dans le camp du premier secrétaire sortant, l’objectif est de relativiser les chances de victoire du maire de Rouen. Il subirait un report massif, voire complet, du vote d’Hélène Geoffroy sur sa candidature. Pas facile. « Aux élections, 1 + 1 ne fait jamais deux », rappelle à juste titre le député, cité par l’AFP. ” Contrairement à Mayer-Rossignol, nous n’avons pas de pool sonore. Si on gagne c’est 51/49…” second cadre de nuance, en colonnes Figaro, moins confiant que ses camarades de classe : « C’est une pièce qui tombe d’une manière ou d’une autre. »

Dans ce contexte, Olivier Faure met en garde les militants contre la collecte ” carpes et lapins “. “Quand on fait une alliance sans diviser la direction, la différence n’est généralement pas loin”il clame dans les colonnes Parisien.

Le tableau dressé à l’issue de ce premier tour derrière ces discours calmes ou insultants un peu exagérés de part et d’autre n’est finalement pas très rose pour le Parti socialiste. Outre l’amertume apparue entre les différents candidats au grand jour, les militants (23 000 électeurs sur 42 000 électeurs invités) semblent plus divisés que prévu sur la stratégie à suivre.

Lire Aussi :  Les prix des galettes des rois sont-ils vraiment justifiés?

Aucune ligne, qu’elle soit pro-Nupes, sceptique à l’égard de Nupes ou anti-Nupes, ne fait l’objet d’éloges. D’autre part, la vision d’Olivier Faure, qui appelle à une alliance, également avec la France insoumise. De l’autre, les fortes réserves de Nicolas Mayer-Rossignol et l’opposition directe d’Hélène Geoffroy au syndicat dans sa forme actuelle. Ce qui rend la tâche encore plus difficile pour le futur leader des roses sur le tapis d’épines.

Voir aussi HuffPost :



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button