[Critique livre] Grimelda Hauchecorne – Cassandra O’Donnell

Très beau livre descriptif.

Depuis la publication de sa biographie en 2014 MalenferÉcrit à partir des idées d’élèves qui se sont rencontrés à l’école primaire, Cassandre O’Donnell Je n’ai jamais cessé d’écrire pour les jeunes, afin de trouver ce qui pouvait créer chez chacun un élan de lecture. Il s’est progressivement imposé comme l’une des figures de proue de la littérature fantastique, avec des titres très populaires tels que La légende des quatre, Rebecca KeenCollège maléfique.

Grimelda Hauchecorne, sorti en octobre chez Flammarion Jeunesse, est son premier album illustré destiné aux très jeunes lecteurs, à partir de 6 ans. Dans ce conte gothique aux accents automnaux, l’auteur nous présente Grimmelda, une petite souris sorcière qui vit à Salem parmi d’autres citoyens. Seulement ici, Krimelda est différente : elle a un cœur qui l’empêche d’être cruelle. Une quête naissante pour se soulager de ce fardeau difficile commence pour elle.

Lire Aussi :  Christophe Bataille, Mathieu Pieyre, Talila... – Libération

Cassandra O’Donnell a fait appel à sa décoratrice de concours, sa scénariste et sa directrice artistique pour créer ce magnifique livre d’objets de 48 pages avec couverture cartonnée. Jean Mathias Xavier qui avait déjà expliqué la légende Collège maléfique Avec un style manga noir et blanc très caractéristique. Ici, on ne voit cette inspiration que dans les grands yeux de la mignonne petite souris, car il utilise l’aquarelle et les couleurs, mêlant ainsi dessin et peinture. La palette utilisée est très sombre et reproduit parfaitement l’histoire gothique proposée par l’auteur. Les personnages sont tantôt intimidants, tantôt majestueux, et le trait oscille entre la précision du contour des protagonistes et le flou des paysages qui les entourent, créant un contraste visuel intéressant et élégant. Le papier utilisé, étant très épais, permet un confort de lecture admirable, et la forme du livre, large et rectangulaire, vient compléter ce magnifique ouvrage illustré.

Lire Aussi :  le biographe de la princesse Diana

Une histoire ouvrante, horrifiante et poétique

Grimelda Hauchecorne L’histoire de Cassandra O’Donnell vient directement de sa passion pour la narration. Elle dit qu’elle aimait la peur que ces histoires évoquaient dans son enfance et qu’elle voulait la transmettre. Cependant, il promet une fin heureuse à son histoire, car son but n’est certainement pas de choquer la nouvelle génération de lecteurs. Les personnages mis en scène sont certes effrayants, mais grâce à Krimelda, une brave petite sorcière qui n’a peur de rien, pas même des monstres, l’auteur les rend drôles. Cet humour basique permet de dramatiser les situations sans renier l’aspect engageant des créatures rencontrées.

Dès lors, ce que Cassandra O’Donnell veut écrire dans son style est une histoire vraiment terrible et poétique, et pour ce faire elle utilise la plupart des codes du genre : elle renoue d’abord avec le verbal, laissant sans cesse ses personnages, parfois des apostrophes. Lecteur.

Lire Aussi :  Gala "adorerait" chanter "Freed from desire" avec les Bleus

À d’autres moments, son écriture devient plus descriptive, faisant appel à un vocabulaire riche et précis qui instruit son jeune public. L’héroïne de l’histoire a une quête et rencontre des personnages qui peuvent l’aider, ce qui donne à l’histoire la structure continue des histoires traditionnelles. Enfin, l’histoire est accompagnée d’une leçon de morale, l’auteur veut soulever une vraie question philosophique chez les jeunes enfants. Y a-t-il vraiment des gens sans cœur ou s’agit-il de pauvres gens dont le cœur est brisé ou dont la vie s’est flétrie ? Avec une grande sensibilité, Cassandra O’Donnell propose cette réflexion en guidant son jeune public vers des révélations touchantes.

Grimelda Hauchecorne Voilà donc un conte gothique charmant, instructif et superbement illustré, adapté aux jeunes lecteurs à partir de 6 ans. Si l’auteure a cette fois abandonné son public adolescent, elle n’a jamais oublié son objectif : « avant tout plaire et encourager la lecture ».

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button