Doit-on se préparer à des black out ?

Publié le 19 novembre 2022




VOUS AVEZ
+

Le réseau européen est fragile, et la guerre en Ukraine n’aide pas mais n’en est pas la cause. Il le restera encore longtemps car le problème est structurel et direct de vingt ans d’incurie des dirigeants européens.

Qu’est-ce que la panne d’électricité ?

Comme son nom l’indique, un coupure électrique c’est le black-out du territoire par coupure générale du réseau électrique, incluant l’arrêt de tout ou partie des équipements de production.

Il s’agit d’un événement accidentel, dû à la perte de contrôle des procédures de sécurité. La question est de savoir, en l’état actuel des réseaux européens connectés, si la possibilité d’un événement black-out est significative, et quelle sera son ampleur. Il faut également distinguer le délestage, même s’il est nécessaire sur une très grande surface, qui est maîtrisé et qui permettra un retour rapide à la normale, et coupure électriquece qui peut conduire à un véritable chaos.

Histoire

De nombreux cas ont été enregistrés dans le monde, avec des conséquences plus ou moins graves. Voici quelques événements caractéristiques. (de Wikipédia).

Année 1965, États-Unis

La cause originelle de ce grand incident est accidentellement déconnecté une ligne La ligne de transmission de 230 kV de Niagara Falls à la station Ontario suit un système incorrect de protection de distance. Presque tout le nord-est des États-Unis et le sud de l’Ontario ont été fermés, plongeant 30 millions de personnes dans le noir. Il faudra plus de treize heures pour démarrer le service complet.

Année 1977, États-Unis

New York a été attaqué par le noir qui a créé pillages et émeutes Le résultat a été l’arrestation de 4 000 personnes. Cet événement particulier était dû à un orage, qui a suivi la foudre sur les lignes de transmission causant la perte de ces lignes et des équipes de production. L’absence de charge externe s’effectue assez rapidement, de nouvelles disjonctions se produisent en cascade. Tout New York a été coupé, soit environ 6 GW. Il faudra une quinzaine d’heures pour réapprovisionner complètement la ville.

1978, France

Suspension générale, le 19 décembre 1978, en raison d’une cascade de disjonctions de lignes à très haute tension par les lignes de transport, suite à l’entrée en première surcharge d’une ligne dans l’est de la France, lors de la situation de la plus grande importation légère d’Allemagne vers la France. Les trois quarts du pays ont été privés d’électricité pendant quelques heures.

Lire Aussi :  Test Garmin Instinct Crossover : une montre de sport hybride, fiable et endurante

1999, France

Fin février 1999, deux tempêtes exceptionnelles par leur intensité ont durement touché l’Europe, notamment la France, où pas moins de 3,6 millions de personnes se sont retrouvées sans électricité. Paris échappé de justesse évanouissement, Merci aux équipes d’EDF qui ont limité les dégâts sur le réseau électrique français. Dans certains endroits, il faut 19 jours pour restaurer le réseau. Compte tenu de l’ampleur des dégâts et des destructions occasionnés, il s’agit des pires destructions que le réseau électrique français ait subies depuis sa création.

Italie 28 septembre 2003

Panne dans toute l’Italie et brièvement dans le sud de la Suisse. Avant cet événement, en raison du contact entre le câble électrique et un arbre, en raison de la Les lignes de passage nord-sud à travers la Suisse et l’Italie sont très fréquentées et s’étendent. A 03h01, la principale ligne de transmission entre le nord et le sud de l’Europe, la ligne Lukmanier, est coupée. Une charge allant jusqu’à 110% a été signalée sur la ligne de transmission de San Bernardino. GRTN, l’opérateur du réseau n’a pas répondu. Par conséquent, 56 millions de personnes sont concernées. Il faudra deux jours pour une récupération complète.

2006, Europe

Le 4 novembre 2006, vers 22h10, une panne majeure affecte le réseau européen connecté (UCTE ou ENTSO en anglais), provoquant des coupures de courant chez 15 millions de clients européens. L’initiative sera de planifier puis de suspendre le démantèlement de deux lignes à 400 kV. L’opérateur RWE TSO a appelé son concurrent E.ON Netz à 22h08 pour demander une intervention urgente. L’intervention a lieu à 22h10. Le résultat est à l’opposé de celui attendu : au lieu de baisser de 80 ampères, le courant augmente de 67 ampères. La ligne est déconnectée par des dispositifs de protection automatique contre les surcharges. A travers un effet domino transfert de charge, de nombreuses autres lignes auraient été arrêtées, entraînant la division potentielle du réseau UCTE en trois, le long de la ligne Nord-Sud, ainsi qu’une déconnexion avec le Maroc. La séparation du réseau intervient à 22 h 10 min 28,7 s et 22 h 10 min 28,9 s et la séparation entre l’Espagne et le Maroc intervient à 22 h 10 min 32 s.

Les conséquences de ce black-out sont exacerbées par le comportement général de vision partagée. Dans de nombreux pays européens, ce comportement est marqué par le caractère aléatoire des raccordements aux centrales électriques et aux énergies renouvelables éoliennes.

Lire Aussi :  Travailler dans la science des donnes, un job ingrat ? C'est du moins ce que pense l'analyste des donnes et blogueur, connu sous le pseudonyme de ryxcommar

L’Europe de l’Ouest avait alors un déficit de production, il fallait perdre du fret pour éviter un effondrement total du réseau. 10% des clients doivent se déconnecter. En France, 6 400 MW de puissance (12%) soit 5 millions de foyers ont dû être déconnectés… Tous les pays sont revenus à la normale en deux heures.

Les leçons

UN coupure électrique provient souvent de la connexion de lignes de transmission à haute tension, soit par un événement météorologique ou, dans le cas fréquent, par une surcharge et/ou un mauvais fonctionnement.

Elle se propage par le mauvais comportement du réseau (automatiquement ou par erreur humaine), lié à la mauvaise coordination entre les acteurs. La multiplication des acteurs amplifie ce risque.

La rapidité de réaction des opérateurs est importante pour limiter l’incident.

Plus la zone touchée est grande, plus il faut de temps pour que tout se remette au travail. Pour la panne italienne, la plupart des travaux sont rétablis dans les 24 heures, mais pour l’ensemble, cela prend deux jours.

leur coupure électrique est plus fréquent en hiver, lorsque les méthodes de production sont les plus demandées, mais il peut aussi se produire en été. C’est parce qu’elle vient du réseau, pas des moyens de production.

Des méthodes de production dispersées et aléatoires compliquent à la fois la sécurité et la récupération.

Les résultats

Ils sont multiples, et souvent surprenants :

  • accident de la route dû à la coupure des feux de circulation
  • blocages dans les trains, dans les ascenseurs
  • sécurité dans les villes (voir New York)
  • produits frais et surgelés avariés
  • dommages dans une industrie en constante activité (métaux, verres, ciment…)

Sans compter le risque, dans les opérations de secours (hôpitaux, etc.), que les moteurs diesel de secours ne démarrent pas.

Panorama européen

Le réseau électrique européen est menacé pour longtemps. Il y a plusieurs raisons à cela, et cela ne s’applique qu’à la plateforme d’Europe centrale (Belgique, Allemagne, France) :

Lobby anti-destructeur

En Allemagne, en Belgique et en Suisse, elle a conduit (ou va conduire) à la fermeture de plus de dix Gigawatts, même si les premiers projets prévoient d’en arrêter bien d’autres.

Lire Aussi :  À Nantes, une école d’ingénieurs veut inventer un avenir plus vert

Résultats des élections en France

La fermeture du nucléaire de 2 Gigawatts (Fessenheim) mais aussi la prévision de réduire le nucléaire à 50% de la production, ont conduit à désorganiser la filière et à ne pas voir sa stabilité.

Fermeture de centrales électriques en France

Soit 2 Gigawatts, et il n’est pas possible, faute d’entretien, de mobiliser les 3 Gigawatts restants des stations-service.

Tous les efforts se concentrent sur le vent et le soleil

Depuis vingt ans, dans trois pays, plus de 160 Gigawatts ont été installés ! Cependant, il y a des nuits sans vent partout en Europe. Pour ces moments, qui se produisent plusieurs fois par an, ce gigawatt ne produit rien.

L’Italie et la Suisse sont mal structurées

Ils existent depuis longtemps, pas forcément sur le papier mais on le voit dans la pratique. L’Espagne est presque autosuffisante dans les modes de gestion, mais le petit plus, avec le nucléaire, les énergies fossiles et l’hydroélectricité dans la foulée, suffit à fournir un pic historique. Mais l’interconnexion est limitée avec la France.

La gestion du réseau est plus compliquée

En raison des variations rapides (rafales de vent, bébé soleil, front nuageux) et des caractéristiques techniques de l’éolienne et des panneaux solaires, qui n’ont pas d’inertie comme les gros turbo-alternateurs.

Et cela va durer car pour l’instant, après la guerre en Ukraine, rien n’indique que les Belges, les Allemands, et même les Français ne changeront pas leurs plans. Et même s’ils les changent, il faudra dix ans pour le faire. Et quintupler l’énergie incontrôlable n’y changera rien.

Résultats sur les possibilités de black-out et ses dégâts

Depuis le dernier tremblement de terre majeur en 2006, la situation s’est aggravée.

Il y a moins d’énergie volable et ça va durer.

L’Europe est plus connectée, mais pas assez. UN coupure électrique susceptibles de provenir d’une surcharge sur une ligne d’interconnexion.

Il y a plus d’énergies distribuées et renouvelables, d’éoliennes et de panneaux solaires. La gestion du réseau est plus difficile.

Les produits ponctuels “libéraux” interfèrent avec le flux physique.

Les effets seront plus graves, car notre société est plus électrifiée et numérisée qu’en 2006. Ces antennes n’ont que trente minutes de batterie en cas de coupure, et il n’y a pas de box privés. Et il n’y a presque plus de téléphones fixes !

Un article publié pour la première fois le 27 octobre 2022.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button