Éducation: elle transforme la forêt en salle de classe avec « l’école en plein air » | Doubs

A Mancenans, dans le Doubs, Elise Sergent, institutrice, qui initie ses élèves à “l’école de plein air” depuis 4 ans, prend des cours en forêt.

“Détachement de la nature”, “maladie du manque de nature”… Nombreuses sont les études scientifiques qui montrent les bienfaits d’être proche de la nature, alors que l’on s’en éloigne de plus en plus. Les écrans et les technologies deviennent souvent des individus entre quatre murs, et souvent bientôt…

Aussi, depuis 1952 au Danemark et plus largement dans les pays scandinaves, les écoles sont attirées par la nature. Dans ces régions où la nature est parfois rude, les cours se font à l’extérieur, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente.

Au Danemark, on les appelle “skovbørnehave”il faut le dire “jardin d’enfants de la forêt” et en Suède on l’appelle école sous la “Tempête de neige et pluie battante”, “Ur I och Skur”maintenant des nouvelles France3 Bourgogne Franche-Comté.

Igbo, salle d’étude

En France, l’initiative en est encore à ses balbutiements. Dans le Doubs, à Mancenans, petit village de 300 habitants situé entre deux collines verdoyantes, Elise Sergent emmène souvent ses élèves dans la forêt voisine pour y apprendre.

Lire Aussi :  Câble 12VHPWR qui fond : CableMod également concerné

Si, au départ, d’autres membres de la communauté éducative, parents et rectorat, expriment des doutes, ceux-ci se découragent.

Avec l’aide de l’éducatrice nature Aurore Blanquet, l’institutrice de l’école communale emmène ses élèves de CE2-CM1-CM2 étudier les mathématiques, le français ou les sciences en forêt.

« L’école est toujours très inclusive. On ne peut pas passer 24h l’un sur l’autre, tout le temps ensemble, tous les jours, pendant 6h, assis sur notre canapé sans bouger.” explique Elise Sergent France3 Bourgogne Franche-Comté.

Ainsi, il explique l’habitude de lire dans la forêt, lieu de vie où se trouvent les cinq sens. Combiner lecture et toucher est désormais possible en utilisant les feuilles comme outils. Après avoir reconnu qu’une feuille d’érable représente un, une feuille de hêtre dix et une feuille de chêne cent, les enfants peuvent former des groupes qui décrivent le nombre. 235 correspondra à 2 feuilles d’érable, 3 feuilles de hêtre et 5 feuilles de chêne, avec, en prime, le plaisir de retrouver ces feuilles en forêt et ainsi de les identifier rapidement, favorisant également une meilleure connaissance des espèces de la forêt. .

Lire Aussi :  Pics majestueux de La Réunion : laboratoire d’expérimentation pour NEOM et son village vertical ? - Di sak na pou di

Le bien-être et l’enthousiasme sont au cœur de l’apprentissage

Si cet enseignant veut renouer avec la nature, c’est parce qu’il croit qu’il y a la paix conscience de cette leçon dans la forêt.

Il fait référence, entre autres, aux travaux de “L’école publique” par Sarah Wauquiez, enseignante et psychologue suisse, qui a commencé à travailler avec des enfants de 3 à 5 ans à l’extérieur en 1998. Le livre propose 200 activités pratiques accompagnées de conseils pédagogiques en accord avec les manuels scolaires. Sur le site suisse Silviva.ch, il y a des formations et des témoignages, prouvant que ces cours sont non seulement pratiques, mais aussi très bénéfiques pour le développement des enfants.

Lire Aussi :  Réalité virtuelle ou augmentée, métavers : la bataille se poursuit

Sarah Wauquiez accompagne de nombreuses écoles afin de bénéficier de son expérience.

“On le voit aussi à l’extérieur, ils développent une passion pour le vivant”souligne Aurore Blanquet. « Des arbres, des plantes, des animaux, même la terre. Quand on est dans notre coin de forêt, ils ramènent des déchets parce que c’est chez eux. Ils ne vont pas laisser des ordures partout. C’est naturel, ça arrive. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1 €

Comment pouvez-vous nous aider à vous informer ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, n’acceptant aucun soutien public et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous avons fait face à des attaques injustifiées pour faire taire nos informations sur les questions des droits de l’homme en Chine. C’est pourquoi nous comptons sur votre soutien pour protéger notre journalisme indépendant et continuer, grâce à vous, à révéler la vérité.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button