Elisabeth Borne a recours à un sixième 49.3 dans la foulée du rejet d’une motion de censure des « insoumis »

Elisabeth Borne à Berlin, où elle a rencontré le chancelier allemand Olaf Scholtz le 25 novembre 2022, avant de regagner Paris, où elle a assisté en soirée à l'Assemblée nationale.

Sans surprise, le gouvernement a facilement résisté à la motion de censure lancée par les députés de La France insouminante (LFI) vendredi soir 25 novembre, après qu’Elisabeth Borne ait utilisé pour la cinquième fois l’arme constitutionnelle dans la part des revenus de 49,3. le projet de budget de la sécurité sociale 2023.

Dans la procédure, cette fois, le Premier ministre s’est appuyé sur 49,3 pour la part des dépenses. “On ne peut pas recommencer les mêmes conversations encore et encore”argumenta Elisabeth Borne.

A défaut de majorité absolue à l’Assemblée générale, Elisabeth Bornen avait de nouveau pris les rênes du gouvernement et fait face à un nouveau vote de défiance de LFI, débattu dans un contexte houleux au Palais Bourbon après les invectives échangées la veille. La motion n’a rassemblé que 85 partisans – “rebelles”, communistes et écologistes – bien en deçà des 289 voix nécessaires pour renverser le gouvernement.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Les députés acceptent de constitutionnaliser l’avortement avant de s’arracher à l’intégration des soignants non vaccinés

“Je ne peux pas m’impliquer dans la litanie du 49.3 et le vote de défiance”a assuré le Premier ministre et a exhorté “faire des compromis”. Mais la présidente du groupe LFI à l’Assemblée générale, Mathilde Panot, a annoncé un nouveau vote de défiance au gouvernement après la sixième pétition de ce premier ministre 49.3.

Lire Aussi :  Bompard estime que la bataille ne se gagnera "pas à l'Assemblée"

“49.3 pour commencer une semaine, une seconde pour la terminer. Sixième en un mois. Nous passons un vote de défiance pour accepter chaque action répétée du gouvernement.”, a écrit sur Twitter Mje Paris vendredi soir.

Ne “passez pas aux RPG”

Jeudi soir, lors de l’examen LFI de la facture, les noms des oiseaux étaient accrochés dans le hall jusqu’à “Tu vas le fermer” lancé de l’officiel guadeloupéen Olivier Serva (Liot) dans le groupe renaissance.

En interrompant les séances et les révisions, le camp présidentiel a enragé l’opposition en empêchant le vote d’un texte effréné qui prônait l’insertion dans la société des soignants non vaccinés contre le Covid-19.

Vendredi soir, la députée LFI Caroline Fiat a frappé “L’image inacceptable d’hier du gouvernement” et le ministre Olivier Véran “Notez comme d’habitude”. Il les a rejetés sur les macronistes “des centaines de subversions ridicules” pour ralentir la conversation.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés 49.3, entre fausses négociations et menace de désagrégation, le monde politique cherche une issue

Le député Les Républicains (LR) Yannick Neuder a en revanche condamné “Situation chaotique hier soir”se dit “Horrifié par le comportement de la majorité et du gouvernement” et son “petit jeu d’obstacles”un « nier la démocratie ». Et l’écologiste Sophie Taillé-Polian réprimandée “fermer le parlement avant de fermer”.

Elisabeth Borne a d’abord appelé à se rassurer en lui disant de ne pas le faire “passez au jeu de rôle, voire au combat”. Puis il se leva pour faire face au front “lisser les mouvements” LFI, qui a annulé plusieurs textes pour discuter de sa proposition pour les aidants. “Vous ne comprenez pas que la majorité contrôle aussi bien que vous l’ordre du jour de votre assemblée”il est parti pour l’opposition.

Lire Aussi :  Communiqué conjoint à l’issue de la visite en France du Premier ministre de la République d’Irak, Mohammed Chia AL-SOUDANI.

Les sessions nocturnes se multiplient à l’Assemblée

Au fil de la journée, le camp présidentiel et l’opposition se sont échangé la responsabilité des invectives échangées la veille. Les députés macronistes ont d’abord réclamé une sanction contre Olivier Serva avant de passer provisoirement à une “désir d’apaisement”.

Mathilde Panot écrit dans LFI à Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’assemblée, s’indigner “obstruction du gouvernement” contre la réinsertion des soignants.

Dans l’entretien à La voix du nordMje Braun-Pivet a généralement regretté la pratique “barrière” parlementaire. “C’est toujours une chose négative dans la conversation”, il a souligné. Le président de l’Assemblée générale compte en parler mardi matin avec tous les présidents de groupe dans une réunion consacrée au rythme de travail exténuant de l’Assemblée, où les séances nocturnes se multiplient.

Lire Aussi :  trois candidats défendent leur projet devant l’Arcom
Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Le créneau parlementaire de LFI fragilise l’équilibre de l’Assemblée nationale

Sur France Inter, le ministre chargé des relations avec le parlement, Frank Riester, a estimé que dans la nouvelle assemblée “Ça peut être plus violent” et “le comportement doit changer”. “Mais en même temps les textes avancent”il a estimé. “On ne peut pas jouer dans la peur quand on se comporte comme La France Insoumines pendant six mois”il est aussi tombé.

La discussion sur le budget de la sécurité sociale a donc été mise en veilleuse. L’Assemblée nationale n’avait débattu de sa part des revenus que pendant trois heures. Elle avait voté sur la proposition du gouvernement d’une dotation supplémentaire de 543 millions d’euros pour l’hôpital pour 2022, car « Des surcoûts liés au Covid ». Ils s’ajoutent aux quelque 570 millions d’euros présentés au Sénat en première lecture, notamment pour l’hôpital “pour survivre à l’apparition précoce de la bronchite”avait été précisé par le ministre de la Santé François Braun.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Emmanuel Macron et Elisabeth Borne, le couple leader malgré tout

Le monde avec l’AFP



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button