Equipe de France – Coupe du monde – Une liste de 23 Bleus ou de 26 ? Didier Deschamps face à un dilemme

Si le Covid et le passage de 3 à 5 remplacements ont facilité la vie des entraîneurs du monde entier et surtout la vie des très grands clubs de la planète avec un banc XXL et des égos tout aussi développés à satisfaire, les entraîneurs nationaux n’ont pas tous pas a forcément goûté à une autre réforme décidée pendant la pandémie, qui lui a survécu : de l’élargissement de la liste à 26 compétitions CE ou, dans notre cas, les Championnats du monde.

Sur le papier, avoir 26 joueurs sous la main, c’est apporter trois solutions supplémentaires à un problème qui se présenterait hypothétiquement pendant la compétition. Mais aussi trois autres occasions de crash. Trois occasions supplémentaires de créer aussi des problèmes là où il n’y en avait pas forcément.

Certains voient le verre à moitié plein, Didier Deschamps le regarde plus prudemment. Et ce dès l’Euro 2021. A cette époque, l’entraîneur avait emmené une cohorte de 26 membres à Munich, Budapest et Bucarest. Ce qui n’avait pas rendu les Bleus plus forts, au contraire. Et qui n’avait pas non plus résolu les erreurs qui avaient jalonné leur parcours. Notamment en quart de finale face à la Suisse (3-3, 4 tabs à 5).

Gestion du bilan

Avant le dernier match des Bleus contre le Danemark en septembre dernier, Deschamps s’est ouvert sur la question : “J’ai une certaine marge entre 23 et 26. Si je pense que c’est mieux… Je vais reprendre cet exemple, mais aux Championnats d’Europe, nous étions 26. Si vous avez deux joueurs blessés au même poste (ndlr : Lucas Hernandez et Lucas Digne)… Heureusement qu’on avait Adrien (Rabiot) pour compenser. Les joueurs polyvalents sont également importants. Ce n’est pas parce qu’on a 26 ans qu’on est plus fort. Il ne reste plus que onze places sur le terrain, bien que leur nombre ait augmenté sur le banc et au tableau d’affichage.” Pour faire simple, à 23-26 ans, quand le destin vous tape sur le nez, ça ne change pas le destin, Juge DD.

Lire Aussi :  Eure. Un gendarme tué dans un accident lors d'une opération anti drogues sur l'A13

Si débuter à 11 ou 26 ans, voire à 24 ou 25 ans, les changements d’équilibre – ceux dont l’entraîneur de l’équipe de France de dix ans est plus qu’affectionné – sont quotidiens. Surtout pendant l’entraînement. Quand des oppositions à 11 contre 11 sont organisées, il n’y a pas de place pour tout le monde. Avant que la FIFA ne modifie les règles et ne passe à 26, le schéma était simple : 10 joueurs de champ contre 10 joueurs de champ et deux gardiens de but. Le troisième gardien, qui avait l’habitude d’être un membre distinct de la sélection, a compté les points.

Après “coiffeurs” et “shampooings” : qui sont les trois grands perdants de la liste ?

Aujourd’hui, et comme on l’a vu l’été dernier lors des séances ouvertes à la presse, les joueurs passent leur vie à changer de cross et en marge du groupe. Léo Dubois doit s’en souvenir avec une certaine émotion. A l’époque, les Lyonnais, qui auraient pu être utiles à gauche face à la Suisse, avaient fait un numéro lors des Euros. Ce qui n’est pas agréable pour les joueurs ou le staff, qui s’efforcent au quotidien de renforcer leur groupe. Cette situation peut même aller jusqu’à créer la zizanie, ce qui, soyons honnêtes, n’était pas le cas en 2021.

Couper avant

Si DD hésite aujourd’hui à inclure Olivier Giroud – interprète incontesté mais aux états d’âme jusque-là évidents – dans le 23, va-t-il créer des problèmes inutiles avec trois joueurs supplémentaires qui auront peu de chance de fouler la pelouse du Qatar ? Mieux vaut se décider avant de jouer aux pompiers pendant.

Reste que la situation actuelle des Bleus, avec des joueurs marginaux comme Raphaël Varane ou Presnel Kimpembe pour ne citer qu’eux, risque de le contraindre à ouvrir son roster plus qu’il ne l’aurait souhaité dans un monde idéal. Cela lui permettrait également de ne pas avoir à rappeler qui que ce soit d’ici lundi, date limite des listes définitives.

En 2022, l’élargissement de la liste des rencontres à 26 parties est un plus pour un éventuel 24e, 25e ou 26e invité et un bonus pour Didier Deschamps, qui n’aurait plus personne à envoyer dans les tribunes. Mais l’argument suffira-t-il à convaincre le patron des Bleus sur le banc à l’aube de sa troisième Coupe du monde ? En ce moment, Didier Deschamps rêve surtout de jouer pour 23.

la Ligue des champions

Giroud, feu d’artifice en espérant voir le Qatar

11/02/2022 à 23:23

Coupe du monde

Allegri exclut le retour de Pogba avant la Coupe du monde

28/10/2022 à 14:38

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button