Erdogan relance le débat sur le port du voile islamique

Le parti du président turc Recep Tayyip Erdogan va proposer un amendement constitutionnel pour inscrire le droit de porter ou non un foulard islamique dans la vie de tous les jours.

Le parti au pouvoir du président turc Recep Tayyip Erdogan s’apprête à déposer un amendement constitutionnel au parlement pour inscrire le droit de porter ou non un foulard islamique dans la vie de tous les jours, au lycée et sur le lieu de travail.

dans cet état laïc Des décisions politiques massives dans les mois qui ont précédé les élections ont ravivé une polémique que le fondateur de la République de Turquie, Mustafa Kemal, voulait mettre fin au début du XXe siècle.

Preuve que le sujet est précis : dans la série à succès de Netflix “Bir Baskadir”, une rencontre avec une jeune agricultrice. (Le voile), qui est en deux parties plus petites, urbaines et indépendantes. Une personne s’est lâchée en chuchotant devant la télé : “C’est une nouvelle mode : dans toute la série maintenant, il y a une femme voilée.”Le déroulement des élections présidentielles et législatives de l’année prochaine a convaincu le président Recep Tayyip Erdogan de faire un nouveau pas en avant. Même étiqueté comme possible un référendum sur cette question.

Lire Aussi :  Inquiétude après une fuite sur un vaisseau russe arrimé à la Station spatiale internationale

Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003, et son conservateur islamiste AKP espèrent rester à la tête du pays. Mais c’est son probable rival. Leader de l’opposition et parti laïc dans l’histoire du CHP (social-démocratie) de Mustafa Kemal Atatürk, qui a le premier relancé la question en accusant le président de vouloir “A pris une femme avec un voile sur le visage en otage.”.

non banni

Dès lors, Kemal Kiliçdaroglu veut rassurer les milieux conservateurs en assurant qu’une fois élu, Il reconnaîtra légalement le droit de porter un foulard. « Y a-t-il aujourd’hui des discriminations envers celles qui sont voilées ou non voilées dans la fonction publique ? À l’école? non!”Lui rendre Recep Tayyip Erdogan, s’emparant du débat. « Nous avons fait cela ! »

“Découragé” Au nom de l’annonce de la modernité Puis il a été progressivement interdit dans l’enseignement et la fonction publique. Le foulard islamique a été introduit progressivement depuis 2008. L’AKP a d’abord levé l’interdiction des universités. Puis au collège, dans la fonction publique, au parlement et même dans la police.

Lire Aussi :  « Petr Pavel a su rassurer et fédérer »

Berrin Sönmez, historien activiste Et les ardents défenseurs des droits des femmes décrivent les mesures prises en Turquie comme libérant les droits des femmes et ne voulant pas revenir en arrière. « Ceux qui considèrent le foulard comme un symbole religieux contraire aux principes laïcs doivent comprendre qu’il s’agit d’une discrimination : interdite ou obligatoire. Le foulard est aussi une violation des droits des femmes si l’État règne.», confirme que Berrin Sönmez, s’est dissimulé

Face à certaines contestations féministes et à une grave crise économique qui secoue le pays. Elle a estimé que “Faire en sorte que les femmes voilées puissent exercer leurs droits (…) est un moyen de prévenir les crises économiques et d’augmenter le niveau de développement humain.” pouvoir étudier et travailler

En l’absence d’études récentes Elle estime que la moitié des femmes turques portent le foulard – en 2012, c’était 65 %. “Ne pas le comprendre est incompréhensible pour moi.”elle a ajouté “Le projet de loi [Kemal] Kilicdaroglu est une mesure importante contre Erdogan.Résumé Sage de l’adversaire du président sortant

Lire Aussi :  le retour de Nicolas Maduro sur la scène internationale face à une opposition divisée

“Femme idéale”

Parce que pour une féministe turque qui soutient activement le soulèvement des femmes iraniennes. Surtout, le chef de l’Etat veut s’assurer du soutien des groupes les plus conservateurs de ce pays. qui est dominé par les musulmans sunnites

“L’interdiction de porter la coiffe des laïcs et (Lifting it up) tous deux lancés au nom de la libération des femmes. En réalité Toutes deux tentent de définir leur propre vision de la femme idéale.Gönül Tol, directeur fondateur du projet turc de l’Institut du Moyen-Orient, a déclaré dans un article publié sur son site Internet. “L’interdiction de se couvrir la tête est un symbole du programme populiste islamiste plus large d’Erdogan”elle s’est plainte “Il n’a jamais vraiment voulu émanciper (les femmes), qu’elles portent un foulard ou non, pour lui une femme n’était qu’une mère ou une épouse, pas une personne.Les chercheurs confirment

voir également – Sylviane Agacinski : “Ce sont les islamistes qui ont lancé l’idée que les femmes ne devaient pas porter le voile pour des raisons religieuses. mais pour la liberté de choix.”

« La clé pour vraiment les libérer est… une législation sur le droit des femmes à choisir. Décider quand tomber enceinte Combien d’enfants aurez-vous ? Ou dois-je porter un foulard? Les femmes doivent être libres de faire leurs propres choix.« Elle a martelé

Le site Web, intitulé « Vous ne marcherez jamais seule », cible les femmes qui ont été forcées par leurs familles à porter le foulard et maintenant à l’enlever.

En revanche, l’AKP a proposé ces derniers mois. “Support” Soutenir de nombreuses manifestations contre les droits des LGBT et pour “Protéger la famille”. Les femmes dans cette robe portaient toutes des voiles.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button