Gard rhodanien : l’entreprise laudunoise Fouré-Lagadec fait découvrir l’industrie aux collégiens

Pour « redorer l’image de la filière », Fouré-Lagadec a ouvert ses portes à 31 collégiens.

Sensibilisation des jeunes aux métiers de l’industrie. C’est l’ambition de l’entreprise Fouré-Lagadec à Laudun-l’Ardoise. Pendant une demi-journée, il a ouvert ses portes aux élèves de 3e du collège Georges-Ville de Pont-Saint-Espert.

Cette décision intervient dans un contexte de désintérêt des jeunes pour les métiers industriels. “Nous essayons de casser cette mauvaise image de l’industrie, qui est induite en erreur au niveau de l’école, en faisant en sorte que ces étudiants créent le travail le plus possible”explique Thierry Vezinet, directeur de Fouré-Lagadec qui est également président de l’association Port-L’Ardoise.

Lire Aussi :  Elon Musk aux manettes de Twitter, une nouvelle ère s'ouvre, incertaine - 29/10/2022 à 00:00

Ateliers et présentations d’entreprises

Des collégiens ont participé à un atelier de soudure sous la surveillance attentive d’un employé. “Vous pouvez le faire si vous vous lancez dans la chaudronnerie ou la tuyauterie”Commence Thierry Vézinet. A leur tour, les jeunes mettent des masques de protection pour travailler sans risque.

“C’est super de l’avoir pour les enfants qui ont du mal à voir certains métiersCommentaires Un professeur d’anglais est chargé d’accompagner ses élèves. Il faudrait actualiser le bac professionnel car cette voie permet d’être très vite dans le monde du travail.

Lire Aussi :  Belle veut séduire les acteurs de la nouvelle économie avec sa créa - Image

Après avoir touché l’usine, ils ont fait une présentation de l’entreprise pour constater qu’il existe une diversité de métiers dans ce domaine. “On peut être mécanicien, chaudronnier, soudeur, ingénieur. Il y a aussi la partie management où il y a beaucoup de postes différents. Il faut garder ça en tête.insiste Thierry Vézinet. Dans les domaines industriels, vous vivez une belle vie.

“Une déception pour l’industrie”

La question du salaire intéresse désormais particulièrement les jeunes. “Le but de mettre ce genre de processus en place, c’est que dans cinq ou six ans, il y en aura un ou deux qui se retrouveront sur le marché du travail dans l’industrie.”souligne Thierry Vézinet. Notre quartier est pauvre, il faut travailler pour que les jeunes restent ici. Il y a un manque d’amour pour ce secteur et nous devons améliorer son image, sinon notre secteur industriel mourra dans quelques années.

Lire Aussi :  Planifier pour 2023 et votre entreprise – Shaw Local

Au sein de l’entreprise Fouré-Lagadec, il reste encore une trentaine de postes à pourvoir.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button