il y a cinquante ans, Polytechnique ouvrait ses portes aux femmes

Anne Chopinet, première femme admise à l'école Polytechnique, au côté du général Briquet, directeur de l'X, lors de la cérémonie de présentation de la promotion 73 dans la cour de l'établissement, le 16 mars 1974.

« Personne ne savait trop quoi faire de nous, les filles, ces oiseaux rares, alors, on nous a mis d’abord à l’infirmerie », narre Anne Chopinet dans un documentaire pour le cinquantenaire de la féminisation de l’école Polytechnique, présenté en avant-première pour l’occasion, mardi 15 novembre, et qui sera diffusé sur son site fin novembre. « On nous regardait comme des phénomènescomplète Dominique Senequier. C’était comme si on avait reçu un cadeau. » Dans l’amphitéâtre Foch de l’Ecole militaire, les images d’archives de l’INA se succèdent à l’écran, rassemblent par la réalisatrice Pauline Pallier. Elles déclenchent des reres dans l’assemblée de quelque 600 personnes, en majorité des femmes.

À l’été 1972, Anne Chopinet et Dominique Senequier font partie des sept premières recrues de la prestigieuse école d’ingénieurs de la montagne Sainte-Geneviève, créée près de deux cents ans plus tôt, en 1794. tous les concours qu’elle avait passés – Normale sup, Centrale et Polytechnique – est au centre de toutes les attentions, répond à des interviews. Une archive INA la montre assise sur un banc, à converser avec Jean-Paul Sautet, journaliste à l’ORTF. Il lui demande si elle est “frivole”à elle « court les magasins » et s’il lui arrive de « se surprendre à se regarder dans la glace ». “J’avais trouvé que ce n’était pas tout à fait adapté au concours que je venais de passer”commente poliment la Polytechnicienne.

Lire Aussi :  La Nasa tente pour la 3e fois de faire décoller sa méga-fusée pour la Lune
Lire aussi : Polytechnique valide le projet de LVMH sur le plateau de Saclay

Il faut trouver un uniforme aux sept jeunes filles. Des propositions sont faites par de grands couturiers mais c’est finalement « le tailleur du général de Gaulle » qui est choisi par la direction. En tant que major d’entrée au concours, Anne Chopinet a défilé en tête du cortège, le 14 juillet 1973. La direction de l’X, formée de militaires, prévoit pour elle des exercices de préparation en amont. « Il voulait s’assurer que je n’allais pas lacher le drapeau [de l’école] devant le président de la République et échouer »rapporte celle qui a fait sa carrière dans la haute fonction publique.

Lire Aussi :  Un mois après son changement de nom, Square Enix Montreal (Hitman, Lara Croft) ferme ses portes et va travailler sur un jeu Xbox

Première promotion en pantalon… en 2020

A la tribune de l’amphitéâtre, l’actuel président de l’X, Eric Labaye (promotion 1980), tente de mesurer les progrès accomplis depuis cinquante ans. « Déraciner les stéréotypes de genre, cela demande du temps », act-t-il alors que le concours du cycle ingénieur enregistre tout juste 20% de candidatures féminines (contre 2,2% en 1972) et 20% de femmes admises. Les nouveaux cursus de bachelor et master de sciences et technologies, au recrutement très international, comptent 35 % de femmes.

Lire Aussi :  Emirates Agence Nouvelles - Les EAU, une plaque tournante pour les jeunes talents arabes, des ambitions futures

Il vous reste 37,14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button