Inspecteur des impôts tué par un brocanteur : il pourrait s’agir “d’un acte prémédité”, explique le procureur

les essentiels
Un inspecteur des impôts est décédé lors d’un contrôle chez un marchand de biens d’occasion du Pas-de-Calais, mais le procureur de la République d’Arras, Sylvain Barbier Sainte-Marie, a expliqué mardi 22 novembre que l’acte était peut-être prémédité.

Le procureur de la République d’Arras, Sylvain Barbier Sainte-Marie, a pris la parole ce mardi 22 novembre, pour relater plusieurs faits sur le décès d’un inspecteur des impôts tué par un brocanteur le lundi 21 novembre, à Bullecourt, Pas -de. -Calais.

Lire aussi :
Un brocanteur tue un inspecteur des impôts dans le Pas-de-Calais : ce que l’on sait du meurtre de l’homme de 43 ans

Rendez-vous à 14h.

Selon lui, l’inspecteur général des finances publiques de 43 ans, le chef de la cellule d’audit à Arras et ses collègues s’étaient donné rendez-vous au domicile du prévenu à 14 heures à Bullecourt. “La nomination a été prise dans le cadre de l’évaluation finale de la situation de son entreprise spécialisée dans les biens d’occasion. L’intervention avait pour objet l’audit des comptes de l’entreprise, qui se déroulera dans un processus engagé à partir de mai 2022”, précise le procureur. a dit.

Lire Aussi :  Championnats de France, à Chartres : Maxime Grousset, le meilleur pour la fin

Appel téléphonique à l’ex-femme à 16 heures.

Le brocanteur aurait alors appelé son ex-femme vers 16 heures et lui aurait demandé de s’y rendre. Son ancien compagnon arrivé sur les lieux aurait vu l’inspecteur attaché à une chaise et alerté la police à 18h08. Sur place, les gendarmes ont trouvé l’inspecteur ligoté et très énervé. Au sol gisait le corps sans vie de son collègue, qui avait reçu huit blessures au ventre. Le corps de l’accusé a été retrouvé à côté du pistolet dans l’annexe de la propriété.

Lire Aussi :  des Franciliens racontent l’épuisement causé par les problèmes de transport

Coup de poignard dans le dos et la poitrine

Selon les déclarations du procureur, l’inspecteur des impôts a également été ligoté puis est décédé des suites de multiples coups de couteau au “dos et à la poitrine”. Des traces d’autodéfense ont également été retrouvées sur son corps. La deuxième victime, âgée de 39 ans, “n’a pas été blessée physiquement, mais est en état de choc psychologique”. Le brocanteur se serait suicidé en se tirant une balle dans la poitrine avec un pistolet.

Lire aussi :
Un brocanteur tue un inspecteur des impôts dans le Pas-de-Calais : la victime à l’honneur ce mercredi

Les attaches ont été retrouvées

Une enquête sur “meurtre” et “enlèvement” a été ouverte car “les premiers éléments semblent aller vers un acte prémédité”. La pauvre raison savait en effet qu’il allait recevoir les inspecteurs. Les attaches des sièges où étaient assises les deux victimes ont été retrouvées sur les lieux.

Lire Aussi :  La France, un désert médical selon l'UFC-Que Choisir

Brocanteur connu du tribunal pour des actes violents

Concernant le casier judiciaire du prévenu, il était connu des tribunaux pour “violences sur mineurs lors de bousculades”. Après avoir appris les faits, le prévenu avait suivi un cours de prévention de la violence en 2019. Pour le moment, les audiences se poursuivent et les autopsies des deux défunts devraient être faites d’ici une semaine afin de « clarifier les premières constatations médicales du pathologiste qui visité la scène.”

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button