Joe Biden, amical mais sans concession face à Emmanuel Macron

Emmanuel Macron et Joe Biden assistent à une conférence de presse à la Maison Blanche à Washington le 1er décembre 2022.

Deux cents homards du Maine et environ 350 invités en smoking et robes longues, dont l’astronaute Sophie Adenot, le réalisateur Claude Lelouch, le milliardaire de luxe Bernard Arnault, la papesse de la mode Anna Wintour et l’actrice Jennifer Garner dans une Maison Blanche très décorée pour Noël. La visite d’Etat d’Emmanuel Macron à Washington s’est achevée ce jeudi 1ereuh En décembre, en apothéose avec un copieux dîner. Un intérieur qui ressemble à un “fin heureuse” fait de câlins et de sourires complices entre deux verres de champagne rosé échangés par les époux de Biden et Macron en tenues de gala.

Après quarante-huit heures américaines, ponctuées d’un de ces bains de sang auxquels Emmanuel Macron est habitué, l’épisode à Washington n’a pas encore connu de réelle suite. Et pas de grandes avancées.

Lire Aussi :  Ex-France Loisirs, Banque de France, le maire de Saint-Brieuc assume son « interventionnisme » - Saint-Brieuc

Au cœur de la rencontre entre le chef de l’Etat français et son homologue américain se trouvait le difficile sujet de l’Inflationary Reduction Act (IRA). Ce large dispositif de subventions et d’allégements fiscaux accordé aux industriels américains pour accélérer la transition énergétique. Carte “hyper agressif”, a accusé Emmanuel Macron mercredi devant des élus américains. Le chef de l’Etat estime que cette initiative de 370 milliards de dollars (351 milliards d’euros) pourrait entraîner une série de transferts sur le Vieux Continent en faveur des Etats-Unis. “Les choix faits sont les choix qui déchirent l’Occident” a également lancé le chef de l’Etat, qui s’est adressé aux citoyens français réunis à l’ambassade. Un déchaînement verbal qui n’a pas ébranlé la partie américaine.

Lire Aussi :  l'Allemagne minimise ses divergences avec la France
Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés A Washington, Emmanuel Macron lance une offensive au nom de l’Europe

“Les États-Unis ne s’excusent pas, je ne m’excuse pas”

Après un peu moins de deux heures d’un entretien qui a eu lieu jeudi dans le bureau ovale entre les deux présidents, Joe Biden a réussi à calmer les esprits français sans changer son plan, qui était essentiellement de combattre la concurrence chinoise. “Les États-Unis ne s’excusent pas, je ne m’excuse pas”il a assumé en reconnaissance “problème”. “Nous avons eu une très bonne discussion sur l’IRA”a salué Emmanuel Macron.

Les États-Unis n’ont pas accédé aux demandes de la France. Actuellement, il n’y a pas de dérogations prévues en faveur de certaines industries européennes, comme l’Elysée l’envisageait avant le voyage. Les États-Unis promettent seulement d’étudier la question pour parvenir à une solution qui convient à leurs alliés européens.

Lire Aussi :  Championnats de France de surf 2022 : ce qu’il faut retenir
Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Compétitivité : l’Europe peine à trouver une solution au plan anti-inflation de Biden

UN “sensibilisation” Aux yeux de la France, il suffit de gagner. Et pour s’assurer que les États-Unis “resynchroniser” leur agenda avec les Européens. « Nous ne sommes pas venus ici juste pour demander une ‘preuve d’amour’. C’est là que nous nous sommes mis d’accord sur la stratégie et les points à clarifier”a souligné Emmanuel Macron.

Vous avez 59,63% de cet article non lu. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button