« La Foire n’a pas d’équivalent en France »

A quoi ressemble ce 92 ?E corriger ?

“Bien. Nous avons 30 % d’exposants en plus. Je pense que les choses sont revenues. Nos vrais clients. Si nous regardons notre chiffre d’affaires est l’exposant La participation en billetterie représente à peine 8% de ce chiffre et si nous avons de bons exposants Nous avons des visiteurs, pas l’inverse… Dijon est la quatrième foire de France. Les thèmes sont essentiels pour un salon réussi. Nous avons renoncé au principe du pays hôte d’honneur pour 100.E Anniversaire avec une invitation gastronomique et après avec un esprit édifiant. Après avoir identifié la science culinaire On se dit : “Mettons l’accent sur le vin.” Le vin est encore propre à la Bourgogne »

Qui a dit que le vin parlait du retour de Vinidivio ?

« Il ne sera pas attaché au pays d’honneur. Mais avec le concours Chardonnay et Pinot Noir, c’était l’idée d’Eric. Goetelmann sera président Le tout est que ça se passe ici. Nous avons plus de 200 échantillons de vins pour ce concours.Vinidivio sera également le clou de l’événement avec le retour de Paulée de Dijon au cours duquel nous remettrons des prix au concours. Les vins présentés à Vinidivio seront issus des concours de Chardonnay et de Pinot Noir »

“Le pays dont je rêvais depuis longtemps”

Une absence de deux ans d’un pays invité empêche-t-elle la gastronomie de revenir au centre de l’événement ?

Absolument, cela nous fait remettre en question nos fondamentaux. Cela ne veut pas dire qu’à l’avenir nous ne représenterons pas un pays honorable »

Vous avez une idée pour le prochain numéro.

« Oui, mais c’est difficile d’en dire plus maintenant. car rien n’est enregistré Mais c’est un pays dont je rêve depuis longtemps »

Ne pensez-vous pas que le pavillon international des quatre pays de cette année ne sera pas plus dynamique qu’un seul invité ?

“Je suis tout à fait d’accord et je dois admettre que cela a été une surprise pour nous aussi. Et j’ai vu des gens se précipiter vers le pavillon ukrainien et canadien l’année dernière »

Le retour du pays d’honneur condamnera-t-il le pavillon international ?

“Non. A mes yeux Il faut créer un dépaysement. surprendre Et cette recette de village avec de nombreux pays est très intéressante »

au cours des années La scène du chef est devenue l’un des principaux repères de l’événement. Envisagez-vous de vous renforcer davantage ?

“Oui, ça va encore empirer. Nous avons réussi à tisser des liens entre les gens, par exemple lors des journées chasse et cerf avec le Chef Amicale des, et cette année il y aura une banque alimentaire »

Lire Aussi :  soutien international renouvelé à la Moldavie, victime collatérale du conflit

“Déplacer et promouvoir les activités économiques locales”

Après Grégory Cuvelier l’an dernier, avez-vous accueilli cette année Laëtitia Milot, tout cela a contribué à donner une nouvelle image à l’événement ?

« Nous n’arrêtons jamais de nous adapter. Notre préoccupation première est de mobiliser et de promouvoir les activités économiques locales. Nous savons que lorsque nous organisons des événements tels qu’un salon de l’alimentation ou d’autres salons, Cela affecte la ville et toutes les personnes que nous employons. Ce n’est qu’une entreprise locale. Nous sommes dans la logique de l’attention locale »

Les journées Bernard Loiseau se renouvellent, n’est-ce pas l’excellence qui est jugée à l’événement ?

« C’est assez spécial. Ce sont des gens très déterminés dans le sens où ils ont misé sur la Bourgogne. Nous sommes en communion d’idées avec eux. Bernard Loiseau disait : “Je suis ouvert à tout le monde” et pour ma part. Ce qui me rend heureux dans cet événement, c’est de voir des gens d’origines culturelles et géographiques différentes s’y retrouver. Ce travail est un véritable phénomène de société »

Comment le définiriez-vous?

« (il penseLa Foire de Dijon n’a pas d’équivalent en France. Il y a une justice qui vient de ses racines. Chaque année, je suis perplexe quant à son fonctionnement. Attendez-vous à la foire »

113 000 visiteurs l’an dernier Combien pouvez-vous espérer cette année ?

« Je pense qu’on va atteindre les 160 000 visiteurs (chiffres 2019, ndlr) »

Lire Aussi :  Elodie Invernon va vivre le rêve bleu avec l’équipe de France de padel à Dubaï

« Notre offre est pertinente et réfléchie.

Le problème précédent a commencé à avoir des problèmes de fuites de toit. Est-ce un mauvais souvenir maintenant ?

“À mon avis Les désavantages que nous avons connus l’année dernière pourraient se reproduire cette année. sous les effets de la sécheresse La voûte du hall 1 s’est fendue sur plusieurs dizaines de mètres. On peut mettre des patchs mais doit être traité autrement Les zones de construction nord seront interdites d’accès au public cette année »

Le bail de Congrepo pour le salon de l’alimentation touche à sa fin. Qu’en est-il de la prochaine ?

« Nous avons envoyé notre offre. que je considère comme une proposition pertinente et réfléchie de notre part pour toute action risquant d’être perturbée. Car s’il y a un emploi depuis plus de 5 ans, cela correspond à l’emploi du temps et aux activités. Le risque est très compliqué, nous attendons actuellement une réponse à recevoir dans la période précédente de l’actuelle DSP (Délégation de Service Public), comme le 12 décembre, date à laquelle le conseil statuera. qui a fait qu’il n’y avait pas de retour en arrière »

Y aura-t-il des travaux l’année prochaine ?

« Les travaux ont été réalisés un an à l’avance. Après, sinon nous Mais c’est un nouvel opérateur qui est en place. Nous avons une foire au moins Je pense. “

Êtes-vous inquiet?

« Je suis inquiet pour Dijon et tous ceux avec qui nous travaillons. Je trouve aussi incroyable sur le plan personnel d’être le dernier président de la guilde »

Lire Aussi :  Route du Rhum - "La mort n'a pas voulu de moi..." : l'incroyable récit de Fabrice Amedeo après son accident

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button