La France, un désert médical selon l’UFC-Que Choisir

Publié par :

Une carte interactive publiée par l’association de protection des consommateurs UFC-Que Choisir met en lumière le lamentable accès des médecins en France, qu’ils soient généralistes, gynécologues, ophtalmologues ou pédiatres… Selon l’association, les installations doivent être aménagées de toute urgence. des praticiens et surveiller leurs tarifs afin que l’écart de santé ne s’aggrave pas dans les années à venir.

C’est une disparité sanitaire alarmante qui s’est installée en France, alerte l’UFC Que Choisir. Près d’un quart des Français (15,3 millions sur 67 millions) ont des difficultés à consulter un médecin généraliste. Un chiffre bien supérieur à ceux présentés par le ministère de la Santé, qui estimait en 2018 une population française comprise entre 3,7 et 7,4 millions dans la région, qui ne dispose pas d’assez de médecins généralistes.

►À lire aussi : Déserts médicaux en France : cri d’alarme des maires ruraux

Lire Aussi :  un couple viole sa chienne et filme les scènes

Pour mener ses recherches, l’UFC-Que Choisir a croisé deux critères : l’éloignement géographique des médecins (joignables en 45 minutes par la route) et les tarifs pratiqués (en supplément ou non).

Près de quatre Français sur dix ont du mal à se rendre chez un ophtalmologiste, plus de la moitié des enfants ont du mal à se rendre chez un pédiatre, plus de quatre femmes sur dix ont du mal à se rendre chez un gynécologue. Et si vous cherchez aussi à voir un spécialiste sans frais supplémentaires, obtenir un rendez-vous relève presque du parcours du combattant. “, les détails Maria Roubtsova, experte des problèmes de santé de l’UFC-Que Choisir.

Une fracture sanitaire qui est bien une fracture économique, puisque les trop-perçus payés par les patients ne cessent de croître et atteignent 3,5 milliards d’euros par an en 2021. Outre le fait que les deux tiers des gynécologues et ophtalmologistes travaillent déjà, la part des médecins qui dépassent les honoraires tend également à augmenter chez les spécialistes, donc si rien n’est fait, il continuera à être de plus en plus difficile de se faire soigner par les caisses administration. perspective”, souligne Maria Rubtsova.

L’UFC-Que Choisir soutient les mesures coercitives contre les médecins

L’association a donc développé une carte interactive pour illustrer ses observations. ” Nous avons également constaté que les départements mêmes où les médecins sont les plus anciens sont aussi les moins denses, ce qui signifie qu’en raison de la dynamique des départs à la retraite, la répartition géographique s’accentuera dans les années à venir si nous ne faisons rien. », prévient l’Association de protection des consommateurs, qui remet en cause les 15 ans d’incitations gouvernementales, notamment financières, liées à l’installation des médecins. Il recommande que les médecins ne soient plus autorisés à s’installer dans les zones en sureffectif, sauf « si la situation l’exige “, sans dépasser les honoraires, fermer l’entrée sur le terrain avec la gratuité des honoraires et supprimer les subventions publiques pour les médecins qui ne respectent pas le tarif de la sécurité sociale.

Lire Aussi :  Liste rouge des espèces menacées en France : inquiétudes autour des récifs réunionnais

►Lire aussi : France : les stagiaires en médecine en colère et en grève

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) en instance prévoit également une quatrième année de formation pour les jeunes médecins ayant une formation “préférée” dans les zones défavorisées. Les étudiants en médecine, mobilisés depuis plusieurs semaines, réagissent avec hostilité. Ils dénoncent l’injustice de telles mesures et dénoncent les conditions de travail et de formation déjà désastreuses et préjudiciables aux patients. Anaïs Werestchack, jeune médecin clermontoise, alerte l’opinion publique sur la situation depuis la mi-octobre via son compte Instagram.

Lire Aussi :  les militants placent Marine Tondelier en tête et boudent le duel Jadot-Rousseau

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button