la technologie, meilleure alliée des fonctions finances

Hausse des tarifs, pénurie de matières premières, explosion des prix de l’énergie, démissions au sein des équipes… cette urgence de la rentrée est bouleversante, notamment pour les DAF.

Car au-delà d’accomplir leurs tâches quotidiennes dans ce contexte difficile, ils se retrouvent aussi en première ligne pour aider l’entreprise à redéfinir ses principes fondamentaux et dans sa transformation durable. D’énormes défis dans le domaine de l’incertitude et de l’instabilité qui les obligent à repenser parfois complètement leurs actions, même si la crise du Covid les avait déjà contraints à s’adapter.

Parmi ces processus au cœur de la fonction financière, on retrouve la clôture des comptes. Il est destiné à empêcher l’enregistrement de toutes les écritures comptables pendant cette période. Il permet d’analyser les performances passées et en cours, de mettre en place des stratégies commerciales et financières adaptées sur des marchés en constante évolution, mais aussi d’audit et de reporting, de prévisions et de business plans pour différents services ou partenaires financiers.

Ce rapprochement des états financiers en fin de période – qu’elle soit mensuelle, trimestrielle ou annuelle – est traditionnellement un processus laborieux qui peut prendre des semaines. Cependant, au fil des ans, la pression des marchés, des actionnaires, des régulateurs et des dirigeants n’a fait que s’intensifier, réduisant encore le temps nécessaire aux gestionnaires financiers pour générer des informations. Face à cette nouvelle donne, comment les entreprises peuvent-elles accélérer la production de leurs états financiers tout en maintenant la cadence ?

Lire Aussi :  quelle est l'augmentation de la consommation électrique du foyer ?

“Zero-day shutdown” ou le nouveau Saint Graal des transactions financières

Dans un contexte économique de forte volatilité, de concurrence intense et d’innovation technologique, les entreprises souhaitent logiquement accélérer leur processus de clôture comptable. Cette approche, appelée “zero-day shutdown”, vise à réduire le temps d’arrêt à quelques jours au lieu de quelques semaines. Ainsi, il permet aux responsables financiers d’analyser les performances passées et présentes, de formuler des stratégies commerciales et financières alignées sur le marché, d’effectuer des audits et des rapports hautement fiables, de préparer des plans d’affaires pour les différentes parties prenantes de l’entreprise et de prendre des décisions rapides à tout moment. Année sans dynamique supplémentaire des équipes. “Zero day off” permet donc une prise de décision rapide et juste, rendant ainsi l’entreprise plus agile.

Parallèlement, la clôture et la publication rapides des comptes sont perçues comme un indicateur de performance par les partenaires financiers et les investisseurs. Une clôture rapide et réussie témoigne d’une bonne santé financière et d’une réelle maîtrise du processus.

Inconvénients de la mise en œuvre du “Zero Day Off”

Mais si sur le papier « Zero Day Off » est apprécié par les entreprises comme il présente des avantages pour les responsables financiers, sa mise en œuvre reste un challenge. En effet, une telle (r)évolution ne peut clairement être visualisée qu’avec des outils technologiques appropriés. Selon une étude menée par PwC sur les priorités des DAF en 2022, constat partagé par de nombreuses directions financières, 34% d’entre elles estiment que l’automatisation des opérations est la priorité.

Lire Aussi :  Consommation. Il va y avoir pénurie de conserves Garbit, William Saurin et Zapetti

Cependant, il existe un écart entre les préférences des directeurs financiers et la réalité du terrain, qui peut s’expliquer par diverses raisons. Tout d’abord, parce que si la crise a été un véritable catalyseur de la transformation numérique de la fonction finance, le travail à distance, la détection et la correction manuelle des erreurs ont été un obstacle majeur pour se rapprocher du jour zéro. Soumise à de fortes contraintes de temps, notamment lors des périodes de fermeture importantes, l’automatisation est une solution, mais elle entraîne néanmoins des changements que la fonction comptable n’est pas toujours prête à accepter.

La technologie pour protéger la fonction finance

Cependant, les entreprises doivent surmonter ce fossé culturel et renouveler leur environnement logiciel, car si les équipes financières doivent se sentir obligées d’en faire plus, d’autres départements prennent des décisions dans un environnement en mutation. les accomplir. Attribuez et fermez rapidement.

En effet, en automatisant les processus de clôture dans le but de les accélérer, les entreprises peuvent passer à un modèle comptable continu, où l’automatisation, le contrôle et les tâches de fin de période sont intégrés aux opérations quotidiennes. L’utilisation de nouvelles technologies telles que le machine learning permet de détecter des anomalies dans les écritures comptables en les comparant pour des transactions similaires. Cela permet aux équipes comptables d’identifier les irrégularités et de corriger les problèmes de rapprochement au fur et à mesure qu’ils surviennent plutôt que de les clôturer.

Lire Aussi :  Tesla et Apple entraînent encore Wall Street dans leur chute

Cette approche aligne le calendrier comptable serré sur les autres activités commerciales, libérant ainsi les équipes financières pour consacrer plus de temps à la recherche et à l’analyse, se concentrant sur des tâches plus importantes et réduisant considérablement la marge d’erreur pour l’ensemble de l’entreprise.

Ainsi, ces dernières années, l’automatisation de la clôture financière est devenue de plus en plus nécessaire, car elle donne aux entreprises et aux responsables financiers un avantage concurrentiel incroyable. Inversement, en retardant l’adoption de l’automatisation ou en adoptant un système financier basé sur le cloud, les directeurs financiers se privent de générer une plus grande valeur commerciale et d’élaborer efficacement des stratégies pour l’avenir. Une montée en puissance des instruments financiers est donc nécessaire pour passer d’une gestion par processus à une vision prospective, mais aussi pour créer des synergies entre les entités qui travaillaient jusqu’à présent en silos. C’est donc vraiment une révolution pour les systèmes d’information mais aussi pour les équipes qui doivent changer leur façon de penser.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button