lancement d’une étude sur les infections sexuellement transmissibles en France

Les infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes ont augmenté depuis le début des années 2000 et constituent un problème majeur de santé publique en raison de leur fréquence, des complications telles que l’infection des voies génitales supérieures ou la grossesse extra-utérine, des séquelles telles que l’infertilité et l’augmentation des taux de grossesse. Risque d’infection par le VIH.

Avec ses partenaires, Santé Publique France suit l’évolution épidémiologique des maladies sexuellement transmissibles en France et produit des indicateurs décrivant les populations et les territoires les plus exposés pour favoriser l’orientation et l’évaluation des actions de prévention dans le cadre de la Stratégie nationale de santé sexuelle (2017) . -2030). L’étude PrévIST, lancée auprès de la population française, permet d’évaluer la prévalence de plusieurs infections sexuellement transmissibles bactériennes et des papillomavirus humains. À cette fin, des participants sélectionnés au hasard se voient proposer un auto-échantillonnage à effectuer à domicile. A l’aide de ces résultats, il est possible de favoriser la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles et, si nécessaire, d’adapter les recommandations françaises sur le dépistage et le traitement de ces infections.

Lire Aussi :  La "maison du pouvoir d'achat", une première en France à Bourg-lès-Valence

Quels sont les objectifs de l’étude PrévIST ?

  • Pour estimer la proportion de personnes âgées de 18 à 59 ans qui portent un Chlamydia trachomatis (CT), Neisseria gonorrhoeae (ng) ou Mycoplasme génital (Mg) et les personnes âgées de 18 à 29 ans porteuses du papillomavirus humain (HPV).
  • Recherchez les facteurs de risque associés à ces infections.
  • Mesurer l’efficacité du vaccin HPV chez les femmes (recommandé pour les adolescentes depuis 2007) et obtenir des données de base immédiatement après l’introduction de la vaccination pour les garçons (recommandé depuis 2021).
Lire Aussi :  Ces nouveaux records de températures ne vont pas vous rassurer

Une étude qui fait partie de la troisième grande étude nationale “Santé, vie affective et sexuelle”

L’enquête nationale “Santé, humeur et vie sexuelle” est réalisée par l’Inserm, promue et financée par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes. 37 000 personnes âgées de 15 à 89 ans tirées au sort et résidant en France métropolitaine et dans quatre DOM (Guyane, Martinique, Guadeloupe et Réunion) seront interrogées par téléphone sur leur vie affective et sexuelle. L’objectif de l’enquête est d’améliorer la prévention en matière de santé sexuelle et reproductive.

Tous ceux qui ont répondu à ce sondage se verront offrir une participation à l’étude PrévIST s’ils remplissent deux conditions :

  • Avoir entre 18 et 59 ans
  • Avoir eu des rapports sexuels au cours de sa vie
Lire Aussi :  ENTRETIEN. Samia Fikri, joueuse du Montauban FC/TG: "Entre la France et le Maroc, j'aimerais bien que ce soit chacun son tour"

Lire la suite : https://www.santecsf.fr/

Vous pouvez en savoir plus sur les maladies sexuellement transmissibles

Les résultats de l’étude PréVIST permettent d’élaborer des messages adaptés aux différents groupes de population et rappellent l’importance de la protection et des tests de dépistage.

Ces messages sont diffusés par les dispositifs de santé sexuelle de Santé publique France :

  • QUESTION SEXUALITE Site d’information sur la santé sexuelle de Santé Publique France pour toute la population adulte
  • SEXOSAFE permet d’accéder rapidement et facilement à des informations et à des outils de prévention adaptés aux besoins et aux situations des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).
  • ON S’EXPRIME Un site qui répond aux questions des 11-18 ans sur la santé sexuelle

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button