Le budget rectificatif débloque 2,5 milliards d’euros supplémentaires pour le pouvoir d’achat

Gabriel Attal, représentant ministériel chargé de l'administration publique, le 11 octobre 2022 à l'Assemblée nationale.

Un budget remplace l’autre. Alors que la deuxième partie du budget 2023, consacrée aux dépenses, est toujours en discussion au parlement, le gouvernement devrait présenter mercredi 2 novembre son projet de loi de réforme financière (PLFR). Ce texte, tentative classique de redressement des comptes de l’État en fin d’année, est en réalité le deuxième budget rectificatif pour 2022. La première a été approuvée en juillet, en même temps que des mesures d’urgence en matière de pouvoir d’achat étaient envisagées. pour lutter contre les effets de la crise énergétique.

A Bercy on se souvient aussi que ce deuxième PLFR “s’inscrit dans la continuité du ‘paquet pouvoir d’achat’ voté cet été, un an après la mise en place des premières mesures de lutte contre la hausse des prix”.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés En France, la croissance ralentit et l’inflation accélère
Lire Aussi :  EN DIRECT - Grève du 10 novembre: nouvelle mobilisation de la CGT, journée noire à Paris dans les transports

Concrètement, le texte appuie deux annonces faites récemment par le dirigeant. D’abord, la mise en place du bilan énergétique extraordinaire annoncé par la Première ministre Elisabeth Borne mi-septembre en même temps que la prolongation de la plaque tarifaire du gaz et de l’électricité jusqu’en 2023. pour les ménages. D’un montant compris entre 100 et 200 euros selon les revenus, il s’adresse aux 40 % de Français les plus pauvres (12 millions de foyers). Il faut le verser “d’ici la fin de l’année”précise Bercy et représente une dépense de 1,5 milliard d’euros dans les finances publiques.

Lire Aussi :  Vers un renforcement du partenariat de sécurité entre la France et le Japon

Une autre mesure, qui débute à la mi-octobre, est la prolongation du rabais de 30 cents le litre à la pompe jusqu’au 15 novembre. La remise était initialement prévue pour le 1er novembre.euh novembre, qui coûte 440 millions d’euros. Cette subvention universelle au carburant devrait ensuite tomber à 10 centimes le litre avant d’être supprimée à la fin de l’année.

Lire aussi : L’article est réservé à nos abonnés Pénurie de carburant : l’extension des remises TotalEnergies perturbe le gouvernement

La loi de finances rectificative comprend également des mesures pour soutenir les ministères les plus touchés par la hausse des prix : 275 millions d’euros pour payer les factures énergétiques des universités et des opérateurs de recherche et 200 millions pour financer les armées de carburant du ministère.

Lire Aussi :  une victoire et des regrets pour la Tunisie, vainqueure des Bleus

Quelques bonnes surprises

Le budget de France Compétences, l’opérateur en charge de l’apprentissage, va encore augmenter de 2 milliards d’euros. “Atteindre l’objectif de 800 000 contrats signés cette année”, dit-on du ministère de l’Economie et des Finances. Mais “Annulations techniques” les sommes réservées aux crédits (comme les entreprises en défaut sur d’éventuels prêts garantis par l’État) permettent de limiter le montant total des nouvelles dépenses à 2,5 milliards d’euros.

Vous avez 52,77% de cet article non lu. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button