Les actions montent et le dollar baisse après les “minutes” de la Fed – 24/11/2022 à 13:28

La bourse d'Euronext dans le quartier d'affaires de La Défense à Paris, France

La bourse d’Euronext dans le quartier d’affaires de La Défense à Paris, France

PARIS (Reuters) – Les actions européennes se sont échangées jeudi à des sommets de mi-séance sur trois mois, bénéficiant du soulagement du dernier procès-verbal de la réunion de la Réserve fédérale américaine, qui a fait craindre un ralentissement des hausses de taux d’intérêt. .

Leur développement se limite à l’absence de la plupart des investisseurs américains, le jour étant férié aux Etats-Unis pour la fête de Thanksgiving.

A Paris, le CAC 40 gagne 0,6% à 6719,03 points vers 12H00 GMT, confirmant son retour aux niveaux d’avril. A Londres, le FTSE 100 prend 0,15% et à Francfort, le DAX avance de 0,96%.

L’indice Euro Stoxx 50 progresse de 0,61%, le FTSEurofirst 300 de 0,4% et le Stoxx 600 de 0,54%, au plus haut depuis la mi-août.

Avant la pause de Thanksgiving, Wall Street, qui ne rouvrira que pour une demi-session vendredi, a salué mercredi la “minute” de la Fed qui a montré qu’une nette majorité des membres du FOMC pensaient que ce serait “probablement bientôt” à l’heure. Taux d’intérêt.

Lire Aussi :  L'Europe risque de manquer de gaz lors de l'hiver 2023-2024, alerte l'Agence internationale de l'énergie

L’indice MSCI monde, qui comprend 47 marchés développés et émergents, a ainsi atteint son plus haut niveau depuis la mi-septembre.

“La Fed devrait accepter de relever ses taux de 50 points de base en décembre puis de 25 points dès sa première réunion l’année prochaine”, a déclaré Nils Christensen, analyste en chef chez Nordea.

Les investisseurs européens ont bénéficié d’un soutien supplémentaire grâce aux chiffres meilleurs que prévu de l’indice allemand Ifo du climat des affaires.

Ils verront le procès-verbal de la réunion d’octobre de la Banque centrale européenne (BCE) à 12h30 GMT.

Valeur en Europe

La quasi-totalité des secteurs de la bourse européenne évoluent dans le vert et les meilleures performances se retrouvent aussi bien dans l’immobilier (+2,47%), qui profite de la baisse des rendements obligataires, que dans les secteurs cycliques comme les médias (+0,84%) ) .

Lire Aussi :  Chaleur en France: s'attendre à une hausse des virus "exotiques" - 27/10/2022 à 05:18

En tête du CAC 40, l’opérateur de centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield progresse de 2,76%.

En baisse, Rémy Cointreau perd 1,29% malgré des résultats semestriels supérieurs aux attentes, Spirit Group reste prudent sur le marché chinois.

Parmi les valeurs moyennes, Allier et Derichborg prennent respectivement 10,86% et 7,02%, après avoir confirmé la possibilité d’une discussion syndicale.

La perspective d’un ralentissement des hausses de taux américaines, qui a fait baisser les rendements du Trésor mercredi, a eu un impact encore plus prononcé sur les rendements de référence européens : le Bund allemand à dix ans a gagné 10 points à 1,815 %, son plus bas. Pendant six semaines, tout comme deux ans, ce qui équivaut à 2,044 %.

Bourses Le dollar a reculé face aux autres principales devises (-0,19%) pour la troisième séance consécutive, un mouvement soutenu par le rapport de la Fed et l’absence de nombreux cambistes américains.

L’euro a modéré sa croissance après avoir culminé à 1,0448, à 1,0404 (+0,09%) face au billet vert en anticipation du rapport de la BCE.

Lire Aussi :  Plus une entreprise cherche à être éthique, moins elle l'est

La livre sterling est au plus haut depuis près de trois mois face au dollar à 1,2124 (+0,60%).

pétrole

Le marché du pétrole a récemment atteint un creux de deux mois et s’approche d’un creux, les prix du brut russe devant dépasser leur prix de revient, rassurant les négociants sur la menace d’un resserrement de l’offre dans le monde.

Le Brent a baissé de 0,73% à 84,79 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a baissé de 0,27% à 77,73 dollars le baril. Les deux ont chuté de plus de 3% mercredi en réponse aux informations selon lesquelles le brut russe du G7 pourrait se payer entre 65 et 70 dollars le baril, alors que son prix est d’environ 20 dollars.

(Écrit par Marc Engrand)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button