L’homme du match – Macalou, la vie à l’aile

Le troisième ligne du Stade Français a rapidement remplacé… Jonathan Denti. Placé sur l’aile, Sékou Macalou a vécu un apprentissage accéléré, avec succès.

En choisissant d’aligner six attaquants pour deux latéraux sur le banc des remplaçants, l’effectif de 15 joueurs français s’est exposé à ce genre de risque. Qui ? Celui de voir un de ses trois quarts sortir prématurément. En l’occurrence, c’est Jonathan Denti qui a dû céder sa place au bout de douze minutes, encaissé une frappe au visage après un dégagement illégal de Peter-Steph Du Toit. qui sortira aussi… avec un carton rouge. Pour le remplacer, Fabian Galati et son équipe pourraient choisir de faire venir Mathieu Jalibert en ouverture et d’entraîner Romain Natamek dans l’axe, comme cela avait été tenté, sans grand succès, il y a un an. C’est donc la troisième ligne du Stade Français qui a rapidement posé le pied sur la pelouse de l’Orange Vélodrome, Yoram Moefana revenant à sa position centrale aux côtés de Gaël Fickou. “ Il a les qualités de vitesse et de force pour jouer à ce posteMise en avant sur lui l’automne dernier, la sélectionneuse responsable des trois quarts tricolores, Lauren Labitt. Sekou se manifeste pleinement dans les couloirs. C’est là que nous voulons le voir, car il peut être très efficace en externe. Il est capable de porter le ballon, de mettre la pression sur le jeu avec ses pieds. En termes de vitesse, il se comporte mieux que les trois quarts…»

Lire Aussi :  Volley-ball (Nationale 3) : les filles de Gruissan prennent de l'altitude

Dominant dans les airs, intéressant en attaque

Après une courte période d’hésitation, durant laquelle il a oublié de mentionner le penalty manqué de Romain Ntamak, Skau McCullough a en fait assuré ce rôle d’ailier. Lors de son premier ballon, le Parisien… a joué du pied. Un jeu de jambes un peu raté qu’il se remettait encore d’un duel remporté dans les airs. Un secteur qu’il a dominé tout au long du match. Pas étonnant compte tenu de sa taille (1,98 m) et de celle des joueurs de poche sud-africains (1,80 m pour Arendza et 1,71 m pour Kolbe, son opposé).

Lire Aussi :  ITW/Le Mag - Benoît Genauzeau : «On est déçus pour Latour et Sagan...»

Offensivement, McCullough s’est démarqué lors de son premier ballon offensif. Bien compensé par Tomas Ramos, l’ancien de Masikua a tenté, tel un ailier, de venir à bout de Kurt-Lee Arendez. Sans succès, même s’il lâche tout de même parfaitement et permet au jeu de continuer. Une action qui conduira à l’essai de Cyril Bale (21). En seconde période, il s’est marqué de son 22 yards, avant d’être piqué aux chaussettes par le même Arendez. Il est toujours sanctionné par Wayne Barnes pour ne pas avoir lâché son ballon. Penalty transformé par Damian Willemsa (64e). Après le carton rouge de DuPont et la sortie de Gregory Aldritt, McCullough lui a trouvé une position plus régulière en tant que numéro huit pour négocier les sorties de mêlée.

Lire Aussi :  Nick Faldo se lâche sur Greg Norman, les joueurs du LIV et espère une nouvelle génération en Ryder Cup – Golf Planète

Même en défense, le Parisien s’est illustré en sauvant notamment plusieurs tirs. D’abord sur Cheslin Kolbe (27) puis par l’aide de Gaël Fickou pour mettre en touche Damien de Allende en fin de premier set (38). Finalement, c’est encore lui qui intervient pour aider Maxime Lucho à envoyer ce diable d’Arendza hors des limites, à quelques mètres seulement du but (62e).

Somme toute, Sekou Macalou a séduit et donné des garanties pour un rôle assez inhabituel pour lui. Le Parisien s’est avéré être une option fiable. Une option qui permet à l’effectif français de continuer à placer six attaquants sur le banc pour seulement deux arrières, quand McCullough dans ce rôle hybride…

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button