Liban: Le président Aoun quitte ses fonctions dans un pays en crise – Monde

Be fais un don

par Maya Gebely

BAABDA, Liban (Reuters) – Michel Aoun a démissionné dimanche de la tête du gouvernement libanais en pleine crise, laissant le poste présidentiel vacant à la veille de l’expiration officielle de son mandat de six ans.

Le leader chrétien de 89 ans n’a pas été nommé successeur, le Parlement n’a pas été en mesure de former une majorité pour élire un nouveau chef de l’Etat.

Michel Aoun a également approuvé la démission provisoire du gouvernement de Najib Mikati, qui continuera à mener les affaires courantes comme il le fait depuis six mois, en raison d’un accord entre les parties sur la composition d’un nouvel exécutif.

Michel Aoun a quitté à pied le palais présidentiel de Baabda, au sud de Beyrouth, au fils de l’hymne national.

Il s’est porté à la rencontre de centaines de partisans réunis pour le saluer, vêtus d’orange, la couleur associée à son parti, le Courant patriotique libre (CPL), et brandissant son portrait de president ou de army chief , poste qu’il un occupé entre 1984 et 1990, pendant la guerre civile.

Lire Aussi :  Mise à jour next-gen The Witcher 3 : ray tracing, mode photo, 60 FPS... les détails | Xbox One

Revenu de quinze années d’exil en France après le départ de l’armée syrienne en 2005, Michel Aoun est une figure clivante au Liban, admiré par de nombreux chrétiens qui le considèrent comme le défenseur du système de partage confessionnel du pouvoir mais accusé par ses détracteurs d’avoir fermé les yeux sur la corruption et contribué à asseoir l’influence du Hezbollah sur la scène politique.

L’ancien commandant des armées et premier ministre a été élu à la présidence en 2016 avec le soutien du parti et du groupe armé chiite, avec qui le CPL avait fait alliance il y a dix ans, et avec l’aval de son rival chrétien maronite. Samir Geagea aux termes d’un accord qui a permis le retour à la tête du gouvernement sunnite Saad Hariri.

Au Liban, le poste de président est occupé par un chrétien, celui de Premier ministre par un musulman sunnite et celui de président du Parlement par un musulman chiite.

Le mandat de Michel Aoun a été marqué par une opération de l’armée en 2017 pour chasser le territoire libanais, avec l’aide du Hezbollah, des jihadistes présents près de la frontière syrienne, le vote d’une nouvelle loi électorale en 2018 et au cours de sa dernière semaine, la signature d’un accord sur la délimitation de la frontière maritime entre le Liban et Israël.

Lire Aussi :  Couplage oxydatif sans catalyseur de flavones dans une eau alcaline de qualité alimentaire

Ces réalisations sont applaudies par ses partisans mais jugées modestes par ses détracteurs face à la grave crise financière que traverse le Liban depuis 2019, qui a plongé 80 % de la population dans la pauvreté et déclenché de vastes manifestations antigouvernementales.

Le mandat de Michel Aoun a également été marqué par l’explosion du port de Beyrouth en août 2020, qui a fait plus de 220 morts et détruit des pans entiers de la capitale libanaise.

Dans une interview accordée samedi à Reuters, le dirigeant chrétien a estimé que ses pouvoirs présidentiels étaient trop limités pour faire face à la crise économique.

Il a également déclaré que son départ de la présidence ne signifiait pas la fin de sa carrière politique.

Lire Aussi :  Boulanger multiplie les fortes promotions pour le Black Friday : les 11 meilleures offres

(Reportage Maya Gebeily, avec la contribution de Laila Bassam, version française Jean-Stéphane Brosse)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI9T04X-BASEIMAGE

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI9T04Y-BASEIMAGE

Soutenez le Journal Chrétien

Merci soutenez le Journal Chrétienle média de la vérité qui passe l’information au tamis de l’Évangile.

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture en France, vos dons sont déductibles d’impôts à 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises.
Vous recevrez immédiatement un reçu fiscal émis par J’aime l’infoune association reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Si vous êtes un particulier résidant en Francevos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujettie à l’IR ou à l’IS. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivantes celle du don.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button