Marché : Les investisseurs doivent-ils croire au rallye du Père Noël en 2022?

(BFM Bourse) – Entre inflation élevée, guerre en Ukraine et crise potentielle, les marchés boursiers seront particulièrement touchés en 2022. A cet égard, les investisseurs s’attendent à une croissance des marchés au pied du sapin. Ce phénomène du “rassemblement de Noël” est mis en lumière depuis des décennies – mais attention à ne pas prendre une métaphore pour une certitude.

Les couleurs traditionnelles de fin d’année sont le vert et le rouge. Comme la bourse. Et pour l’instant, les indicateurs mondiaux sont habillés en rouge – comme le Père Noël – car décembre est statistiquement l’un des meilleurs mois de l’année pour les marchés boursiers.

Mais les banques centrales en ont décidé autrement et n’ont pas fait de cadeaux aux marchés ces dernières semaines. Les indices boursiers ont été tirés vers le bas dans une lutte contre la rhétorique restrictive de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale. Sur le dernier mois de l’année, le CAC 40 perd actuellement 3,27%, le Dow Jones accuse un retard de 4,5%, là où le S&P 500 recule de 6,3% et le Nasdaq recule de 8,65% (performance proche du 22 décembre). Alors dans cet environnement volatil, les traders ont été assez malins pour réaliser des plus-values ​​dès Noël ?

Lire Aussi :  Des puces électroniques pour éviter les vols de la vaisselle réutilisable ?

Qu’est-ce que le Rallye du Père Noël ?

De nombreuses études ont montré que la période hivernale est historiquement plus propice à la hausse de l’indice que l’été (effet Halloween/vente de mai). Et le dernier mois de l’année se démarque particulièrement : il s’appelle le rallye de Noël (en anglais Rallye de Noël).

Dès les années 1970, l’avance mensuelle de décembre est connue sous le nom de “Trader’s Almanac” (Stock Trader’s Almanac, l’une des premières publications à s’attacher à mettre en évidence les différents cycles saisonniers en bourse). L’Almanach, créé par Yale Hirsch et édité aujourd’hui par son fils Jeffrey, a également mis en avant le Rallye du Père Noël (Santa Claus Rally, se concentrant davantage sur les cinq dernières sessions de l’année et les deux premières sessions du Nouvel An).

Lire Aussi :  Solidarité et insertion professionnelle à la Chambre de métiers

Il n’y a aucune raison à ce marché volatil, a noté le courtier Deguerre. Cette ambiance festive sur les marchés boursiers sera liée à l’esprit des fêtes qui “intensifie les attentes” des opérateurs à cette période de l’année. Avec leurs primes de fin d’année en poche, les investisseurs seront également plus enclins à suivre les marchés financiers. “Pendant cette période, les investisseurs institutionnels sont en vacances, ce qui donne plus d’influence aux gens qui vont être plus agressifs”, ajoute Degiro.

« Les gérants de fonds, qui représentent une grande partie de l’actionnariat, restructurent leurs portefeuilles avant la fin de l’année » (« window dressing ») pour valoriser le plus possible leurs positions cœur. « Il y a eu un effort pour démontrer », a relevé David Brett, ancien homme d’affaires puis journaliste financier, aujourd’hui chroniqueur chez Schroders.

Père Noël ou le bugman?

“Si le mois de décembre a été mauvais, c’est généralement qu’il représente un mauvais millésime en Bourse. Il en a été de même pour le Dow Jones en 1956, 1965, 1968, 1978, 1980 et 1982”, rappelle Christian Fontaine, directeur éditorial adjoint. . a fait la maison le revenu BFM Business à l’antenne. L’histoire boursière enregistre telle ou telle tendance du marché. Mais attention à ne pas prendre au pied de la lettre qu’octobre est un mauvais mois ou qu’il vaut mieux clôturer ses positions en mai et ne rien faire avant novembre, selon le dicton “vendre en mai et partir”.

Lire Aussi :  Économie. Manche : un concours destiné aux femmes cheffes d'entreprise

“Les performances passées ne sont pas indicatives des performances actuelles, et les illusions boursières ne sont réelles que tant qu’elles ne sont pas dissipées”, prévient David Burt. De plus, l’effet rallye de fin d’année va bientôt céder la place à une autre croyance boursière moins connue : l’effet janvier, selon lequel les marchés actions montent plus en janvier que les autres mois de l’année. Notamment par le désir des opérateurs de « smallcaps ».

Sabrina Sadgi – ©2022 BFM Bourse

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button