Paris : une femme violée à l’hôpital Cochin par un clandestin sous OQTF

Une femme de 34 ans a porté plainte mercredi après avoir été violée dans un hôpital de Cochin (Paris 14) fin octobre. Le suspect est un immigré clandestin se faisant passer pour un Jordanien et soumis à deux OQTF.

Un acte effrayant. Une femme de 34 ans a porté plainte mercredi 23 novembre, alléguant avoir été violée à l’hôpital Cochin à Paris (14e) dans la nuit du 27 au 28 octobre. Après avoir été admis aux urgences après avoir souffert d’une lésion cérébrale post-traumatique, puis placé dans la salle de traitement en attente de traitement, il s’était soudainement réveillé de son état “fumant” et souffrait beaucoup.

L’homme était entré dans la boîte et l’avait violée, a confirmé CNEWS d’après les informations du Parisien et de RMC. Les cris de la victime et l’intervention de l’infirmière ont fait fuir l’agresseur. Pourtant, ce dernier, qui avait volé au passage une carte bancaire vieille de 30 ans, avait réussi à sortir de l’hôpital.

Lire Aussi :  Borne veut «accélérer» les investissements du plan France 2030

Rapidement alertés et guidés par le signalement du suspect par l’infirmière, les policiers parviennent à retrouver le suspect et à l’interpeller une heure plus tard, vers 5 heures du matin. Il venait d’acheter des articles à l’épicerie en utilisant la carte de crédit de sa victime.

Deux OQTF, la dernière en juillet

Selon des témoins oculaires, il avait repéré la jeune femme dès qu’elle était malade au bar puis avait simulé son propre coma alcoolique pour l’emmener dans le même hôpital de Cochin. Il a alors déclaré qu’il ne pouvait pas marcher pour être placé dans la pièce qu’il avait quittée pour retrouver la boîte de sa victime et la violer. Une démarche enregistrée avec des images de vidéosurveillance qui guide les enquêteurs vers un acte délibéré.

Pendant sa détention par la police, la personne a nié les accusations de viol. Connu des services de police sous treize identités différentes, il serait âgé de 22 ans et soupçonné d’avoir violé une mineure déjà en 2020, l’affaire s’est terminée sans suite. Sans papiers, il s’est présenté comme jordanien. Il serait arrivé en France en 2019. Deux OQTF (obligation de quitter le territoire français) ont été délivrées à son encontre, la dernière datant de juillet dernier. Chacun d’eux serait façonné pour des identités différentes.

X a été inculpé au nom de la victime, a appris CNEWS, pour “mise en danger de la vie d’autrui”. Cela inclut de vérifier s’il y a “des manquements de l’hôpital ou du personnel”, a déclaré son avocat.

Après l’ouverture de l’enquête préliminaire le 28 octobre, également deux jours plus tard, le 30 octobre, une information judiciaire a été ouverte pour viols, vols et escroqueries commis par une personne sous l’emprise de stupéfiants, a pu confirmer CNEWS de source judiciaire. Dans ce contexte, une personne de 22 ans a été inculpée et mise en prison.

L’hôpital dénonce le manque criant de moyens

De leur côté, les personnels hospitaliers interrogés par CNEWS parlent d'”une nuit très agitée avec beaucoup de patients admis” ce soir-là.

Les soignants ont déploré le manque criant de personnel qui, selon eux, aurait pu contribuer au manque de vigilance et donc au drame. La direction de l’AP-HP, un hôpital parisien, a quant à elle confirmé l’attaque mais a déclaré ne pas vouloir commenter l’incident en cours.

Le fait est qu’à l’hôpital de Cochin, de nombreux personnels de la CNEWS rencontrés jeudi matin ont déclaré ne pas être au courant de l’incident et certains ont déclaré l’avoir appris par les médias. Un représentant du personnel a même assuré que la direction de l’hôpital souhaitait “minimiser” cet incident. Cependant, il est impossible de prouver les allégations à ce stade. L’avocat de la victime a en revanche indiqué qu’à sa connaissance, son client n’avait reçu aucun appel téléphonique de la direction de l’établissement pour s’enquérir de sa situation.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button