Rugby Le président de l’ASBH avant le match à Vannes : ” Nous ne sommes pas restés les bras croisés”

Le chanteur de la bande de Béziers, Jean-Michel Vidal, espère que ses joueurs pourront trouver le leader du groupe qui saura relancer le groupe dans les moments difficiles. En tout cas, il attend une réponse ferme.

Comment avez-vous vécu la défaite contre Provence Rugby sur le score de 29-30 ?

Moi et nous tous, bien sûr, ne sommes pas satisfaits des résultats de l’équipe. D’autant plus que nous souffrons toujours des mêmes lacunes : de ces fautes inutiles qui offrent des points à l’adversaire, alors qu’il n’y a aucune trace de danger, de beaucoup de fébrilité dans les dix dernières minutes… sans compter, encore une fois, tout un tas . de détails qui nous manquent. Bien sûr, c’est pourquoi nous ne sommes pas restés les bras croisés après la déception du match contre Rugby Provence.

Qu’avez-vous dit aux joueurs ?

Il fallait d’abord identifier le mal. Après différents entretiens avec l’équipe et les joueurs, il s’est avéré que nous manquions de meneurs de jeu, nous avons des leaders en termes d’investissement et de combat comme Jean-Baptiste Baer ou Clément Beetz, entre autres. Mais pendant les matchs, ils sont tellement occupés qu’ils n’ont pas toujours la clarté nécessaire pour, dans les moments difficiles, introduire un changement de tactique ou rassembler l’équipe. Nous avons besoin de quelqu’un de lucide, capable de se rebeller quand il le faut ou de se calmer quand ça va moins bien. C’est aux joueurs de trouver ce leader. Nous n’avons plus le temps. Les acteurs et l’équipe connaissent le délai que nous leur avons fixé.

Lire Aussi :  Laporta refroidit tout le peuple catalan sur Messi

Qu’entendez-vous par délai ?

Il doit y avoir une réponse forte à Vance, ce vendredi 18 novembre et bien sûr, nous rentrerons chez nous dès que possible. C’est aux joueurs de se rebeller et de faire taire les esprits en deuil. Toute l’équipe de direction se tient derrière eux et soutient l’équipe. C’est une réalité. Ce ne sont en aucun cas des mots rassurants.

Et que dire aux supporters qui ne sont pas satisfaits des résultats ?

Lire Aussi :  les décisions de la Commission de discipline

Plus que des critiques, ce groupe a besoin de soutien. Si notre attaquant a laissé 17 points en déplacement, contre Provence Rugby, c’est tout simplement parce qu’il a eu une journée sans. Cela arrive à tous les buteurs. Vous ne devriez pas lui en vouloir. Si une balle touche le poteau et qu’elle entre, où sera la controverse ? Je veux entendre la colère et la déception que nous avons tous la même chose. Mais peut-on dire que cette équipe qui marque cinq essais dans le rugby provençal ne vaut rien ? N’est-ce pas la même chose que de prendre des points dans huit matchs sur dix ? Il suffit d’un clic, c’est sûr. Maintenant, il faut le stimuler et la roue tourne enfin en notre faveur. Nous devons transformer nos petites défaites en grandes victoires.

Vous avez aussi longuement échangé avec Patrice Colazzo qui était là cette semaine à l’invitation de son ami Pierre Cailla. Qu’en est-il advenu ?

Son discours dans notre équipe est vraiment loin des critiques que nous entendons. Même si d’ailleurs, certaines d’entre elles sont justifiées. Il a ajouté que contrairement à de nombreux plateaux avec des budgets plus importants, nous avons un parcours intéressant et les bons acteurs pour le pratiquer. 20 matchs et 100 points à jouer. Alors répondons-nous !

Lire Aussi :  Les coureurs de B&B Hôtels-KTM «angoissés», l'UNCP a écouté !

Le maire a rencontré les joueurs le mardi 15 novembre. Pour quelles raisons ?

En fait, il voulait leur parler. Il doit également les accompagner à Luan. Cela prouve que nous sommes tous derrière l’équipe.

Êtes-vous inquiet pour la suite ?

Quand nous sommes arrivés après l’épisode du rachat du club par des investisseurs émiratis, l’ASBH était bien plus en danger qu’elle ne l’est aujourd’hui. Les joueurs ont été spécialement divisés en deux groupes, ainsi que l’équipe. Nous avons ramassé les morceaux. Tout le monde, entraîneur et joueurs, a tout fait pour maintenir le club en Pro D2. Beaucoup de joueurs qui ont vécu ce moment sont toujours là. Je leur fais confiance, ainsi qu’à ceux qui sont arrivés entre-temps, pour régler la situation.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Vérifier Aussi
Close
Back to top button