Rugby – USAP : entre XV et VII, la double vie de Théo Forner

Le jeune ailier catalan a rejoint cet été le rugby français à 7. Il est désormais à Dubaï avec les Bleus pour disputer vendredi et samedi le deuxième tournoi international de la saison.

Depuis le début de la saison, il évolue devant une poignée de supporters avec l’USAP. Trois déplacements chez les professionnels (cinq minutes à Pau et tous les matchs à La Rochelle et au Stade France) et porté les couleurs de l’équipe de France à Hong Kong, un match de rugby à 7 pour ouvrir la série mondiale de rugby à 7, un championnat annuel qui commencé il y a trois semaines et se poursuit ce week-end à Dubaï. Le jeune arrière et ailier de l’USAP, Théo Forner (21 ans, 1,80 m, 80 kg), pur produit de la formation catalane (il est passé par les clubs d’Espira-de-l’Agly, Baixas, Peyrestortes, Prades et Thuir avant de venir à l’USAP en 2019), s’implique fortement dans le projet de l’équipe de France 7 depuis l’été.

Invité, à l’intersaison, au Championnat d’Europe avec France Développement, un programme de la FFR qui permet de tester de nouveaux joueurs pour étoffer l’équipe de France pour les Jeux olympiques de Paris en 2024, où les Bleus espèrent jouer une médaille, il a su comment convaincre. Deux joueurs de l’USAP ont été retenus pour rejoindre l’équipe de France : l’expérimenté Dorian Labourde, arrivé cet été avec ce double projet en tête, et donc Théo Forner, dont la vitesse et les qualités de déplacement en font une composante intéressante pour le 7. “Ils m’ont vu dans un tournoi avec France Développement, dit le jeune homme. Ça s’est plutôt bien passé et cet été, j’ai fait des stages avec l’équipe de France. Jusque-là, je n’envisageais pas vraiment de jouer à 7. C’est tombé comme ça, j’ai essayé, j’ai beaucoup aimé. C’était mon style de jeu, tout à fait adapté à mes qualités, et je suis bien resté.

Lire Aussi :  MotoGP Valence : Aleix Espargaró soutient ouvertement Fabio Quartararo qui est "le pilote de l’année"

Période d’adaptation

Pour le Catalan, cette nouvelle discipline est aussi un moyen de poursuivre sa formation et son développement. Car l’objectif à long terme reste pour lui de jouer avec l’USAP. “Le 7 peut m’ouvrir des portes dans le rugby et me développer individuellement, Il est chirurgien. C’est un jeu très différent, basé davantage sur la vitesse.” Enfin assez en rupture avec le jeu actuel du XV, plus axé sur le contact et l’affrontement. Alors forcément, pour Forner, cela nécessite une phase d’ajustement. Et pour cela, il écoute attentivement l’équipe tricolore. “Ça reste du rugby, mais on fait beaucoup d’analyses vidéo pour bien comprendre le projet de jeu. J’écoute aussi les conseils d’autres joueurs et entraîneurs qui sont très préparés.”

Lire Aussi :  pourquoi je me lance ce défi fou ?

Mais si l’ailier catalan est très sollicité jusqu’au 7e, et a doublé le stage avec les Bleus ces dernières semaines, il mentionne qu’il est dans un double projet et compte un jour prendre sa place à l’USAP. “J’ai signé une convention avec la Fédération et l’USAP, je peux jouer avec les deux, il s’est souvenu. Je veux jouer dans le Top 14 comme dans les World Series, je ne veux pas choisir entre les deux. S’ils m’appellent dans le top 14, j’irai.”

Le changement de médaille à Hong Kong

L’équipe de France, qui convoque de plus en plus de joueurs du XV, est bien consciente de cette contrainte. C’est aussi la raison pour laquelle elle a choisi d’agrandir le groupe. Cinq joueurs, dont Theo Forner, ont vécu leur première à Hong Kong il y a trois semaines. Pour le Catalan, cela s’est particulièrement bien passé. Remplaçant, il a disputé tous les matchs des Bleus, qu’ils ont perdus en demi-finale, avant de décrocher la médaille de bronze. Mieux encore, Forner a marqué le passage de la victoire à la troisième. “Il n’y a pas de roi d’objectifs désigné, Il se souvient humblement. Quatre ou cinq d’entre nous peuvent taper. Celui qui est le plus proche au moment de l’épreuve essaye ou celui qui est le moins fatigué ou le moins physiquement difficile. Là, j’étais devant les colonnes et je l’ai pris.”

Lire Aussi :  Ligue 1 – Symbiose totale, artillerie offensive, invincibilité : Rennes, un nouveau statut à (re)conforter

Une petite cerise sur le gâteau qui donne encore plus de saveur à la médaille remportée à Hong Kong. Ce week-end c’est à Dubaï que les blues et les anciens sont. Afin de poursuivre leur belle dynamique.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Vérifier Aussi
Close
Back to top button