Sandrine Treiner démissionne de France Culture après les accusations de management brutal – Libération

Le directeur de l’antenne du groupe Radio France a annoncé son départ à ses collègues dans un mail interne consulté par “Libération”, en prévision de la remise la semaine prochaine d’un rapport de gestion sur la chaîne.

Accusé d’une gestion jugée cruelle par plusieurs rapports Sortie En septembre, Sandrine Treiner a annoncé mardi qu’elle démissionnait de la direction de France Culture dans un mail interne envoyé aux salariés de la chaîne, comme cela a également été précisé. monde. “J’ai décidé de vous écrire avec de grands sentiments. Les derniers mois ont été compliqués. Pour notre collectif et pour la culture française que j’aime tant, je veux mettre fin à ce moment difficile. Pour cette raison, j’ai décidé, en accord avec la direction générale, de quitter la direction de France Culture”, écrit Sandrine Treiner en introduction de ce long billet dans lequel elle revient sur ses 13 années passées à la télévision, d’abord comme conseillère des programmes d’Olivier Poivre d’Arvor, puis comme directrice de France Culture, nommée par Matthieu Gallet en 2015.

“C’est plus que ce que nous pouvons imaginer”

Annonçant sa démission, Sandrine Treiner anticipe la semaine prochaine les résultats attendus de la mission de recherche et d’écoute des acteurs culturels français menée par Alcens. Radio France a engagé cette procédure suite à une enquête Libérédéclenché un flot de témoignages, “bien plus d’une centaine” selon une source fédérale, à tel point que le calendrier initialement convenu a dû être prolongé de plusieurs semaines. “C’est plus que vous ne pouvez l’imaginer, a commenté la même source. Bien que certains soient certainement intervenus pour partager toutes les bonnes choses qu’ils pensaient de la gestion. Lorsque vous remarquez une étude comme celle-ci, elle vous indique l’étendue du problème.

Lire Aussi :  C'est quoi les Norovirus, à l'origine du rappel d'huîtres dans toute la France

Le contenu de cet audit n’a pas été filtré. La société Alcens (qui ne veut pas parler à ce stade) n’a pas terminé et n’a livré aucun élément intermédiaire à la direction de Radio France. Interrogée, la présidente de Radio France Sibyle Veil, qui a été renouvelée pour un nouveau mandat en décembre, dit ne pas vouloir parler. Apparemment, le patron de l’entreprise publique n’a pas cherché à maintenir en fonction le directeur de France Culture. S’exprimant dans son message interne un “accord avec la direction”, Sandrine Treiner le reconnaît à sa manière. Il ne précise pas quel est son avenir professionnel. Il devrait quitter la chaîne en fin de semaine.

– Sandrine voulait mettre fin au moment compliqué, qui selon elle avait assez duré. Depuis la parution de l’article [de Libé] et quand l’étude commence, le climat n’est pas optimal, moins calme”, a commenté une source proche du directeur de la culture. Au sein de la chaîne, “tout le monde attendait le retour du contrôle technique, note l’employé. C’est une paix trop lourde pour certains, les conclusions se font attendre depuis longtemps, Sandrine a été moins présente.”. plus discret et “beaucoup plus sympa”, un autre partenaire est surpris. Début octobre, un nouveau numéro 2, l’ancien producteur respecté en interne Florian Delorme, a été nommé pour remettre de l’huile dans les dents de la chaîne abîmée dans les coulisses d’une ambiance hostile.

Lire Aussi :  des associations alertent l’État sur des lits vacants dans un centre d'accueil de migrants

Sandrine Treiner : “Il va sans dire que j’ai fait des erreurs et j’en suis désolée”

“verticalité dictatoriale”, “incertitude”, “humiliation” : il y a quatre mois, Libéré raconté les pratiques managériales de Sandrine Treiner dans la culture française d’après l’expérience d’une vingtaine de collaborateurs. Ceux-ci décrivaient une “un système de violence et d’assujettissement qui neutralise par la peur” ou un “politique généralisée de diffamation” conduit à au moins quatre plaintes pénales alléguant des turpitudes morales et visant la gestion de la chaîne en 2022.

Dans le billet de ce mardi, Sandrine Treiner dresse un mea culpa : “Outre nos grands succès et tous les moments de joie que nous avons partagés, j’ai aussi des regrets. J’ai déjà eu l’occasion de vous les confier. Bien sûr, j’ai fait des erreurs et j’en suis désolé.” Ou alors: “Parfois apparemment renforcés par la distance, la séparation, les difficultés de rencontre, le raccourcissement des temps informels, parfois aussi la vitesse d’évolution, le stress, la surcharge d’objets, nous nous comprenions moins bien. J’en assume l’entière responsabilité ici.” Plus tard, il l’explique également « Tout est plus dangereux pour les femmes. J’en ai moi-même déjà fait les frais. Pour les femmes responsables, d’une manière particulière. et que, malheureusement, nous contribuons parfois à entretenir.

Lire Aussi :  un peu moins de 15 000 foyers privés d’électricité en milieu de soirée après le passage de la tempête Gérard

Sous l’impulsion de Sandrine Treiner, qui a poursuivi l’œuvre entamée par son prédécesseur, Olivier Poivre d’Arvor, l’audience de la culture française n’a cessé de croître. Selon la dernière vague mesurée par Médiamétrie, son audience cumulée en novembre-décembre 2022 est de 3,1%, soit 1,7 million d’auditeurs quotidiens. En 2015, la position dépassait à peine 2 %. Parallèlement, l’antenne se féminise et les offres numériques se développent, notamment en matière de podcasting. “Les résultats sont là, se réjouit Sandrine Treiner dans son message intérieur. C’est un passeport pour l’avenir à long terme de la culture française.

Mis à jour le 24 janvier 2023 à 16h15 avec des éléments contextuels

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button