Une entreprise sur cinq ne surveille pas correctement sa consommation, d’après Unizo

Seule la moitié des PME flamandes ont une bonne évaluation de la consommation de leur entreprise en termes d’énergie, d’eau, de déchets ou d’émissions. C’est ce qu’a révélé une enquête annoncée par l’organisation patronale Unizo vendredi, à l’occasion de la Journée internationale dans l’Haryana. De plus, 29% des entreprises interrogées ont une “vision modérée” de leurs données.

Une entreprise sur cinq ne surveille pas correctement sa consommation

L’enquête a été menée auprès de 266 entrepreneurs de PME en Flandre. Une entreprise sur cinq ne surveille pas correctement son utilisation. “Cependant, il s’agit d’une première étape importante vers la construction d’un investissement durable“, dit Unizo. “C’est donc un meilleur quartier.”

Danny Van Assche, directeur général d’Unizo, soutient la nomination de consultants en énergie pour les PME, avec le soutien du gouvernement. “Ce sera une valeur ajoutée. Ils aident les entrepreneurs à analyser l’énergie et à surveiller la consommation d’énergie. Ils peuvent également fournir des conseils gratuits sur les mesures d’économie d’énergie et d’eau, les énergies renouvelables et le partage d’énergie.

Lire Aussi :  Economie du savoir: le Maroc dépasse la Tunisie et l’Algérie

90% des entreprises prévoient d’investir dans le développement durable

Les résultats de l’enquête ont également révélé que neuf entreprises sur dix investissent déjà dans le développement durable ou prévoient de le faire à court terme. Il s’agit principalement d’investissements autour de l’énergie, par exemple une meilleure isolation ou l’installation de panneaux solaires ou de pompes à chaleur.

Parmi les raisons pour lesquelles les entreprises investissent dans le développement durable, 77 % déclarent vouloir assumer leur responsabilité sociale en le faisant. Les économies de coûts (71%) et la réduction des matières premières (30%) sont également mentionnées. Selon les répondants, les principaux obstacles à l’investissement durable sont le prix d’achat élevé (54%), une longue période de récupération (37%), le manque de ressources financières (34%) et le manque de connaissances (20%).

Lire Aussi :  Gers : une convention pour une meilleure évaluation financière des entreprises

Pour surmonter l’obstacle financier, Unizo veut obtenir suffisamment de soutien fiscal du gouvernement. L’organisation demande que la déduction forfaitaire pour les entreprises individuelles, les professions libérales et les petites entreprises soit portée à 45,5 % pour les investissements dans les économies d’énergie. À la fin de cette année, il est encore de 25 %.

Une économie circulaire pour demain

57% des chefs d’entreprise interrogés semblent également investir dans le recyclage : ils essaient de valoriser leurs flux de déchets ou de résidus afin qu’ils puissent être utilisés comme matières premières. Selon l’enquête, la moitié des PME où l’eau joue un rôle important investissent aujourd’hui dans des mesures d’économie d’eau.

Lire Aussi :  L'Europe risque de manquer de gaz lors de l'hiver 2023-2024, alerte l'Agence internationale de l'énergie

La journée de l’entrepreneur a été lancée vendredi à la Compost Bag Company à Hernand. The Compost Bag Company est une entreprise qui fabrique des sacs et des films à base de matières premières renouvelables. Pour ce faire, l’entreprise utilise, entre autres, de l’huile de graines de cardamome et de la pulpe de betterave sucrière. Selon Unizo, il s’agit d’un exemple important de circulation et de durabilité, le thème central de la Journée des entrepreneurs de cette année.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button