Vers la baisse de la note de la France par Standard & Poor’s. Poor Bruno le Maire.

C’est un article très réfléchi des Echos, mais pourtant très important, intitulé « S&P pourrait dégrader la dette française à moyen terme ».

« L’agence de notation S&P Ratings a annoncé qu’elle maintiendrait la note de la dette française mais n’exclut pas de la dégrader dans les mois à venir. Les entreprises ont payé pour éliminer l’inflation, et surtout la hausse des prix de l’énergie dans le pays.

S&P a abaissé sa prévision de croissance du PIB français à 0,2 % pour 2023, alors que sa dernière évaluation, en juillet, tablait sur une croissance de 1,7 % l’an prochain. Dans le même temps, l’agence de notation a relevé ses prévisions de déficit budgétaire à 4% du PIB contre 5,4% en juillet. Il prévoit une dette publique égale à 112 % du PIB en 2025.

Lire Aussi :  MotoGP, Ducati donne sa position sur le n°1 à Pecco Bagnaia : "du point de vue de l'entreprise, ce serait formidable s’il choisissait le numéro 1"

Du coup, la perspective liée à la dette française est passée de “stable” à “négative”, mais la note reste pour l’instant la même, à savoir “AA/A-1+”, selon un communiqué de S&P publié vendredi. 2 décembre ».

Et nous voici dans la 6e année de la présidence de Mozart.

La France voit la restructuration de sa dette sous un jour négatif.

Alors que le marché européen « libre » de l’électricité met en faillite toutes nos entreprises sans bouclier tarifaire.

Lire Aussi :  Innovation : découvrez les pépites économiques du Pays de Fontainebleau

C’est-à-dire que le bouclier tarifaire demande à l’État de payer la différence entre le prix réel de production (trop bas) et le faux prix du marché (trop élevé).

Que le Mozart de la finance et son Bruno Le Maire ont créé 600 milliards d’euros de dette covid coûte que coûte (et j’étais pour) et qu’ils vont mourir tout le monde au bout d’1 an parce qu’ils n’ont plus rien à voir avec l’énergie comme l’Allemagne peut faire Et ils n’ont même pas le courage de dire que nous allons vendre l’électricité en France au prix que nous produisons avec une marge (investissement, entretien et toutes manipulations) qui sera 10 fois inférieure aux prix. pseudo-marché.

Lire Aussi :  Alternatives. Le bien commun nous éclaire, c'est notre berger

Qu’ils continuent ainsi.

Et bientôt ce sera le pauvre Bruno, seul à Paris.

Charles Sanat

“Il s’agit d’un article ‘préslab’, qui dit librement en tout ou en partie que ce paragraphe doit être reproduit après lui. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sanat s’exprime au quotidien et économique Propose une analyse impartiale et impartiale de l’actualité . Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous inscrire gratuitement à la newsletter quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Les Echos.fr ici

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button