VIDÉO. Mort de Justine Vayrac : des habitants de toute la France viennent lui rendre hommage à Tauriac

les essentiels
Six jours se sont écoulés depuis que le corps de Lotois Justine Vayrac, 20 ans, a été retrouvé près du domicile du suspect à Beynat (Corrèze). Dans le petit village de Tauriac, où il vivait avec son fils, les émotions sont vives. Des habitants de toute la France sont venus lui rendre hommage.

Le silence règne sur Tauriac depuis plus de six jours. Ceux qui s’approchent de la table où trônent de nombreux Bouquets le font d’un pas lourd, mais sans un bruit.

Lire Aussi :  Crise migratoire : la France et le Royaume-Uni ont trouvé un accord

Cette habitante d’un petit village de 400 habitants vient déposer des roses blanches adressées à un “petit ange”. Avec ses doigts, il pose un dernier baiser sur le front de la photographie de Justine Vayrac. Après la découverte de son corps jeudi dernier à Beynat (Corrèze) près de la ferme du suspect, il y a eu choc et compréhension. Devant la mairie, au dernier étage de laquelle Justine habitait avec son fils de deux ans et demi, il y a une table avec de nombreux bouquets de fleurs, mais aussi un livre de condoléances pour ceux qui veulent pour lui dire au revoir.

Lire Aussi :  La confusion qui règne à Berlin complique la relation franco-allemande

“Je suis reparti émerveillé”

Ce mardi en début d’après-midi, ils seront nombreux à venir rendre hommage à Justine. Certains, trop émotifs, se garent juste le temps de laisser le bouquet. D’autres passent du temps à méditer devant une photo de leur mère.

Le portrait de Justine se dresse parmi les fleurs.

Le portrait de Justine se dresse parmi les fleurs.
DDM Aourega Texier

Un peu avant 15h00, une jeune femme du même âge que Justine vient lui rendre hommage. Il est accompagné de sa mère, qui décrit l’incident “terrible” comme impliquant “des gens que nous avons vus grandir”. Axelle, qui habite à Puybrun, à deux kilomètres de Tauriac, connaissait Justine de vue. Il était au collège Bretenoux tandis que la victime était au collège Saint-Céré. “Je suis venue par respect”, souffle la jeune femme.

“Injustice”

Vous n’avez pas besoin de la connaître pour respecter Justine. Comme ce couple de Corrèze. “C’est tellement choquant ce qui s’est passé. On a une fille du même âge, ça pourrait lui arriver. C’est pour ça qu’on a voulu déposer des fleurs”, raconte l’homme les larmes aux yeux. Il écrit une note dans un carnet avant de poursuivre son voyage. A Brive, de nombreuses fleurs ont également été déposées devant la discothèque “La Charrette” où Justine a disparu.

500 mots ont été signés dans le livre de condoléances.

500 mots ont été signés dans le livre de condoléances.
DDM Aourega Texier

Plus de 500 messages ont été écrits dans le livre de condoléances pour la famille de Justine. “Nous partageons votre immense chagrin. Une injustice envers une femme et une mère qui ne méritaient pas cela. Repose en paix”, a déclaré l’un des mots. Ils sont signés du Lot (Gramat, Puybrun, Biars-sur-Cère…) ou de la Corrèze (surtout Brive), mais aussi d’autres départements. “Les gens viennent de toute la France. Certains voyagent spécialement pour ça. On a vu des Bordelais”, raconte Gérard Flament, deuxième adjoint au maire de Tauriac.

La cagnotte sera bientôt fermée

Samedi, lors du match de Coupe de France entre l’AF Biars-Bretenoux et le club de Bergerac, Justine a observé une minute de silence. Un hommage qui a été répété ce mardi au Stade de Puybrun, où s’est joué le troisième tour de la Coupe Occitanie entre l’AF Biars Bretenoux et l’Union Sportive Puybrun Tauriac.

Le chaton créé par le cousin paternel de Justine témoigne d’une forte montée en solidarité envers la famille du défunt. Près de 14 000 euros ont été récoltés pour aider les proches à financer les obsèques. “Un petit geste pour une immense douleur”, a écrit un participant. Il ferme le jeudi 3 novembre à 12h.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button